Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 499,09
    -36,32 (-0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 481,85
    +13,75 (+0,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

«Le dollar a le vent en poupe, il est difficile d’être optimiste pour l’euro»

oleh11/Adobe stock

Comme l’an dernier, l’économie américaine superforme le reste du monde. Alors que les États-Unis ont connu une croissance de 3,4% au quatrième trimestre 2023 - qui devrait être confirmée la semaine prochaine - en zone euro elle était atone sur la même période. Malheureusement pour la zone euro, le différentiel de croissance ne semble pas se résorber en 2024. Au premier trimestre 2024, la croissance américaine devrait être proche de 2 %...contre 0,2-0,4 % en zone euro.

Par ailleurs, l’inflation aux États-Unis est non seulement élevée mais en plus elle accélère. L’indice des prix à la consommation a atteint 3,5% sur un an en mars, contre 3,2% en février, et un consensus à 3,4%. Hors éléments volatils, c’est pire. L’inflation atteint 3,8% sur un an et même 0,4% sur un mois - ce qui est un rythme anormalement élevé. En temps normal, la variation mensuelle est proche de 0,1%. En cause : l’inflation dans les services qui augmente, en particulier le coût des assurances, les soins médicaux et le transport. Ce n’est pas structurel. Mais c’est suffisamment problématique pour repousser la perspective de baisse des taux par la Fed.

«Si l’inflation persiste, la Fed peut maintenir le niveau des taux inchangé aussi longtemps que nécessaire», a rappelé Jerome Powell. En début d’année, le consensus de marché tablait sur 6-8 baisses de taux avec un début en mars. Il est désormais acquis que la Fed va baisser ses taux plus tard que les autres banques centrales du G10, en particulier la Banque Centrale (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le pilote de F1 Charles Leclerc entrepreneur : il lance sa marque de crème glacée
François Pinault, Jacques Dessange, Christian Estrosi… ils ont réussi sans le bac
Xavier Niel : comment le patron de Free a recruté Aude Durand, son bras droit
Grippe aviaire H5N1 : une flambée de cas est-elle à craindre ?
EDF : plus de 7 000 réclamations recensées en 2023, un record en hausse de 37%