Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 978,35
    -25,24 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 817,96
    +132,00 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    39 069,68
    +282,30 (+0,73 %)
     
  • EUR/USD

    1,0868
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    19 636,22
    +82,61 (+0,42 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 762,36
    +1 327,13 (+2,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,58
    +25,16 (+1,86 %)
     
  • S&P 500

    5 321,29
    +18,02 (+0,34 %)
     

La Bourse de Paris se replie après la Fed

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris reculait de 0,74% dans les premiers échanges jeudi, souffrant de la prise de position prudente de la Banque centrale américaine (Fed) quant à ses prochaines décisions de politique monétaire, et de la baisse de TotalEnergies, poids lourd du CAC 40.

L'indice vedette CAC 40 reculait de 58,99 points à 7.925,94 points, vers 09H45, au lendemain d'un jour férié. Mardi, il avait reculé de 0,99%, affichant un bilan mensuel négatif (-2,69%) pour la première fois depuis octobre.

Le CAC 40 est notamment plombé par la baisse de 3,12% à 66,47 euros de TotalEnergies, la deuxième entreprise la plus importante dans le calcul de l'indice, alors que les prix du pétrole reculent de plus de 6% sur la semaine.

PUBLICITÉ

"La Banque centrale américaine a opté pour une voie médiane, mentionnant sa frustration à l'égard des chiffres récents de l'inflation sans qualifier officiellement l'inflation de trop élevée", estime Florian Ielpo, responsable de recherche macroéconomique chez Lombard Odier IM.

Les investisseurs se sont résignés depuis quelques semaines à devoir repousser le moment où la Banque centrale va réduire pour la première fois ses taux d'intérêt directeurs.

Le moment était envisagé en juin pendant la majeure partie du premier trimestre mais est désormais vu "au plus tôt en septembre" par les analystes de Barclays.

Et "si l'inflation est plus forte que dans notre scénario de référence, nous nous attendons à ce que la première baisse des taux soit reportée à décembre", préviennent-ils. Décembre leur semble même "aussi probable" que septembre.

Sur le marché obligataire, les taux d'intérêt des Etats soufflaient un peu: le taux d'intérêt de l'emprunt français à 10 ans, l'échéance qui fait référence, reculait pour tomber à 3,01% contre 3,05% mardi à la clôture.

La réunion de la Fed est loin d'être le seul évènement à occuper les marchés cette semaine, riche en indicateurs et en résultats d'entreprises.

Les divergences économiques dans le monde devraient "persister" notamment entre les Etats-Unis et l'Europe, a alerté jeudi l'OCDE, tout en tablant sur une amélioration de la croissance mondiale cette année.

L'estimation définitive de l'activité dans l'industrie en zone euro en avril est attendue durant la séance.

Vendredi, le rapport mensuel officiel de l'emploi américain pour avril terminera la semaine.

Teleperformance rassure

Le géant mondial des centres d'appels Teleperformance s'envolait de 12,75% à 96,38 euros, après ses résultats trimestriels jugés rassurants par des analystes, dans un contexte boursier difficile depuis plus de deux ans.

ArcelorMittal dans le vert

Le deuxième sidérurgiste mondial ArcelorMittal a renoué avec les profits au premier trimestre 2024 après une perte sèche au trimestre précédent, annonçant jeudi un bénéfice net de 938 millions de dollars grâce à de meilleurs volumes et à un redressement des prix. L'action prenait 1,06% à 23,84 euros.

Euronext CAC40

fs/kd/eb