Publicité
La bourse ferme dans 41 min
  • CAC 40

    8 086,38
    -55,08 (-0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 024,46
    -22,53 (-0,45 %)
     
  • Dow Jones

    39 857,57
    -15,42 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0841
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    2 391,60
    -34,30 (-1,41 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 498,22
    -475,50 (-0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 508,55
    -17,87 (-1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,95
    -0,71 (-0,90 %)
     
  • DAX

    18 679,80
    -46,96 (-0,25 %)
     
  • FTSE 100

    8 350,96
    -65,49 (-0,78 %)
     
  • Nasdaq

    16 836,40
    +3,78 (+0,02 %)
     
  • S&P 500

    5 318,88
    -2,53 (-0,05 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2734
    +0,0022 (+0,17 %)
     

Airbus peut-il redécoller en Bourse, alors que l’A350 devrait monter en puissance ?

Mike Mareen - stock.adobe.com

Airbus a subi depuis fin mars un sérieux trou d'air en Bourse. Des turbulences qui restent toutefois à relativiser au vu de l’impressionnant rally haussier initié par l’action en octobre dernier. Reste que les comptes trimestriels récemment publiés ont laissé les analystes financiers sur leur faim, avec des livraisons, un chiffre d'affaires, une marge opérationnelle ajustée et des profits inférieurs à leurs prévisions moyennes. Les difficultés rencontrées sur la chaîne d'approvisionnement et les importants investissements requis pour augmenter la production ont pesé sur les comptes.

A tel point que le résultat opérationnel ajusté a été inférieur de près de 25-30% aux espoirs du marché, tandis que le résultat net est ressorti de son côté inférieur de 8% aux attentes. Toutes les branches (avions commerciaux, hélicoptères et défense et espace) ont subi une nette érosion de leur rentabilité. Et compte tenu de la progression des stocks, le flux de trésorerie d’exploitation après investissements (et avant financement des clients) - un agrégat surveillé de très près par les analystes financiers - s’est nettement dégradé (quoique moins fortement que prévu).

Airbus a toutefois cherché à rassurer le marché, en soulignant que le premier trimestre n’était pas représentatif du reste de l’année, d’autant que l’avionneur a été affecté par des éléments non récurrents, comme le plan d'actionnariat salarié et des coûts liés aux recrutements. Le groupe a aussi confirmé ses objectifs pour 2024, avec (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Legrand : le bâtiment résidentiel «souffre en France» et en Chine «cela ne va pas du tout»
Société Générale : la banque de détail en France souffre mais «la performance s’améliore»
CAC 40 : la Bourse de Paris en hausse, les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis attendus au tournant
TotalEnergies envisage une cotation en bourse à New York : quelles conséquences ?
CAC 40 : la Bourse à l'équilibre, la Fed reste prudente sur l'inflation mais écarte des hausses de taux