Publicité
La bourse ferme dans 7 h 54 min
  • CAC 40

    7 508,31
    -90,32 (-1,19 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 870,35
    -46,45 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0837
    -0,0021 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    2 416,70
    +9,40 (+0,39 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 846,77
    -549,13 (-0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 361,12
    -4,77 (-0,35 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,34
    +0,38 (+0,49 %)
     
  • DAX

    18 433,30
    -124,40 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    8 132,56
    -34,81 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 286,32
    -183,04 (-1,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,2888
    -0,0020 (-0,16 %)
     

Bourse : de nombreux records, mais gare aux élections en France et aux Etats-Unis

DR

Les Bourses dans le monde ont continué leur progression au premier semestre 2024, jusqu'à multiplier les records, portées par l'amélioration de la croissance et la foi des investisseurs en l'intelligence artificielle, mais des chocs ne sont pas à exclure dans les mois à venir.

Sur les marchés, il devient difficile de compter les records depuis début 2024: des indices principaux d'une multitude de pays (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Japon, Inde) ont établi des nouveaux sommets, améliorés à de nombreuses reprises: plus de 30 fois pour l'indice élargi S&P 500 américain. Et pour cause : «les perspectives économiques mondiales sont de plus en plus de plus en plus positives», explique Jim Reid, responsable de la recherche économique de Deutsche Bank. L'économie américaine montre «une résistance impressionnante aux hausses rapides des taux d'intérêt» depuis 2022 tandis qu'en Europe la demande extérieure «aide à mettre fin à la stagnation des dernières années» notamment avec «la croissance chinoise qui a surpris à la hausse» en début d'année, énumère-t-il.

Le taux de chômage aux Etats-Unis reste à un niveau faible: 4% en mai après avoir passé plus de deux ans sous ce seuil, un record depuis la fin des années 1960. Les investisseurs se sont accommodés du revers de cette médaille: la Banque centrale américaine n'a toujours pas commencé à baisser ses taux. Elle ne prévoit de le faire qu'une seule fois cette année, bien moins que les attentes du marché en début d'année. Ailleurs, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Famille Morisset défend l’origine France et l’innovation de ses huiles alimentaires
Casino : la direction et les syndicats trouvent un accord sur le volet social du PSE
Boeing 787 : risque de panne et de dépressurisation en vol, selon un lanceur d’alerte
Bourse : le CAC 40 attend au tournant les chiffres sur l’économie des Etats-Unis
Saint-Gobain : importante acquisition dans la chimie de la construction