Publicité

TotalEnergies : la trajectoire de décarbonation du groupe «n'est pas crédible», selon Yannick Jadot

Capital

On serait tenté de se dire : «Tout ça pour ça ?». Lorsque le groupe Ecologiste du Sénat a obtenu d'ouvrir une commission d'enquête sur la stratégie énergétique de TotalEnergies en début d'année, on s'attendait à un rapport qui dépote et qui égratigne l'énergéticien. Mais les recommandations finales dévoilées ce jour en conférence de presse paraissent au bout du compte bien consensuelles. Sur les 33 propositions avancées, seules trois concernent nommément TotalEnergies. Et encore, dans des termes on ne peut plus diplomatiques. Il s'agit principalement d'«accompagner» la major dans sa transition énergétique et de l'«encourager» à investir davantage dans les énergies renouvelables. Le communiqué de presse salue même «les efforts» déjà réalisés,«supérieurs à ceux effectués par d'autres majors pétrolières».

Etonnante, cette timidité ? Non. Il a bien fallu trouver un terrain d'entente entre le rapporteur Yannick Jadot (groupe écologiste) et le président de la commission d'enquête Roger Karoutchi (groupe les Républicains), pas tout à fait sur la même longueur d'ondes. Deux styles, deux ambiances. On sent chez Roger Karoutchi la crainte de stigmatiser un champion français ayant réalisé 237 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2023, ne représentant «que» 1,5% de la production mondiale de pétrole, et qui compte plus de 100 000 collaborateurs dans le monde. Yannick Jadot n'a pas ces réserves et un certain passif personnel avec la major. Ancien directeur de campagnes de Greenpeace (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un milliard d'euros détourné : cet agriculteur est jugé pour escroquerie
Pourquoi les sachets de nicotine sont dans le viseur des autorités sanitaires
Retrait de médicaments en Europe : qui se cache derrière Synapse Labs, la société mise en cause ?
Le discounter Atacadão enfin en France, risque de krach à Wall Street… L'actu éco en 120 secondes
Arnaque au virus : de Montpellier à la Tunisie, cette entreprise a fait 3 500 victimes