Publicité
La bourse ferme dans 3 h 10 min
  • CAC 40

    7 637,57
    +103,05 (+1,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 901,13
    +73,89 (+1,53 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,47 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0889
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 396,90
    -2,20 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 944,11
    +406,61 (+0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 390,38
    -14,95 (-1,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,62
    -0,51 (-0,64 %)
     
  • DAX

    18 432,51
    +260,58 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    8 223,29
    +67,57 (+0,83 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,26 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    39 599,00
    -464,79 (-1,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 635,88
    +218,20 (+1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2928
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Atos : le consortium mené par David Layani se retire, nouvel intérêt de Daniel Kretinsky

Ilari Nackel/Getty Images

Retournement de situation dans le dossier Atos. Le consortium mené par l'entreprise française Onepoint de David Layani, initialement choisi pour assurer le sauvetage financier d'Atos, lourdement endetté, a retiré son offre, a annoncé le groupe informatique français dans un communiqué ce mercredi 26 juin. Atos confirme que le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky a renouvelé son intérêt pour reprendre les discussions. «Le consortium Onepoint, Butler Industries et Econocom a constaté que les conditions n’étaient pas réunies pour conclure un accord ouvrant la voie à une solution pérenne de restructuration financière et de mise en œuvre» de son projet, a annoncé Onepoint, dirigé par David Layani, dans un communiqué.

Cette annonce intervient moins de trois semaines après que son consortium est sorti gagnant de la compétition pour la reprise d'Atos face à Daniel Kretinsky. Son offre de reprise avait été jugée «mieux orientée en matière d'intérêt social de la société» par le conseil d'administration du groupe informatique français, et la majorité de ses créanciers. Atos, pilier technologique des JO de Paris, avait annoncé avoir besoin de 1,1 milliard d'euros de liquidités pour son activité en 2024-2025 et vouloir réduire massivement sa dette brute, de 4,8 milliards d'euros, pour sauvegarder son activité.

Pour «satisfaire la demande de liquidité à court et moyen terme du groupe», Atos indique avoir reçu de la part de ses créanciers «une proposition globale de restructuration financière (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Droits TV du foot, salaire : Vincent Labrune, patron de la LFP, sur le grill des sénateurs
Atos : le come-back de Kretinsky ne rassure ni les salariés, ni les petits actionnaires
Bernard Arnault (LVMH) fait sensation en acquérant des parts de Richemont
Le logement, «un élément essentiel de notre nouvelle stratégie» (Nicolas Namias, BPCE)
CAC 40 : la Bourse de Paris en hausse, en attendant le premier tour des législatives