Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 853,87
    -504,22 (-1,25 %)
     
  • Nasdaq

    17 342,41
    -654,94 (-3,64 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0844
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    17 311,05
    -158,31 (-0,91 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 578,96
    -251,84 (-0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 355,00
    -10,90 (-0,80 %)
     
  • S&P 500

    5 427,13
    -128,61 (-2,31 %)
     

Séisme au Maroc : le sinistre pourrait coûter 9 milliards d’euros au pays

Alexi Rosenfeld

Les premières estimations tombent. Une semaine après le violent séisme qui a touché le Maroc et fait près de 3.000 morts, le montant des dommages matériels se précise. De magnitude 7 sur l'échelle de Richter, ce tremblement de terre, l'un des plus violents que le pays ait connu, a rasé des villages entiers et mis des centaines de familles à la rue.

D'après le site marocain The Desk, le coût total de ces dégâts pourrait se chiffrer jusqu'à 10 milliards de dollars, soit un peu plus de 9 millions d'euros. Selon les estimations de l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS), le montant du séisme "se situera entre 1 et 10 milliards de dollars, coûtant au pays jusqu'à 8% de son PIB".

The Desk fait savoir que les coûts engendrés par la catastrophe naturelle devraient être majoritairement endossé par l'État. "Ce coût sera supporté en majorité par les caisses de l’État, ainsi qu’à travers le fonds no 126 mis en place spécialement à cet effet, et qui sera financé par les dons collectés auprès de différents acteurs", explique le site marocain.

Le Maroc, en effet, dispose d'un taux très limité de couverture assurantielle contre les événements catastrophiques de cette ampleur. De très nombreuses maisons n'étaient par exemple pas assurées. Mais la loi prévoit une indemnisation "à travers le Fonds de solidarité contre les événements catastrophiques (FSEC)”, qui constitue un système établi sur la solidarité et non sur les mécanismes propres à l’assurance.

Par ailleurs, à titre de comparaison, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite