Publicité

La maison-mère de Saupiquet ferme la dernière poissonnerie dans le Finistère

Thomon/Wikimedia Commons

Tous les Français connaissent Saupiquet. Marque phare des rayons de conserves en supermarché avec Petit Navire ou Connétable, l’entreprise historiquement bretonne ne disposait plus que d’une conserverie à Quimper, dans le Finistère. Mais 56 ans plus tard, la conserverie va fermer ses portes en fin d’année si aucun repreneur ne se manifeste d’ici là, avait appris Ouest-France le 13 juin. Avec 90% de son chiffre d’affaires réalisé en France, Saupiquet plombait les comptes de sa maison mère, le groupe italien Bolton Food (propriétaire de Sanogyl ou de la lessive Génie) qui l’avait rachetée en 2000.

Selon Les Échos, les ventes en France des sardines et maquereaux de Saupiquet ont chuté de 25% en quatre ans, entraînant des pertes de plus de cinq millions d’euros dans le pays. «Tous nos sites de production de conserves de poisson font face à une surcapacité de production importante», a expliqué Bolton Food dans un communiqué, ajoutant que «Quimper présente l'un des taux d'utilisation les plus faibles du groupe». La direction n'a donc «d'autre choix que de concentrer son outil industriel pour regagner en compétitivité».

Au total, ce sont 155 salariés qui sont concernés par cette fermeture. Interrogé par le site Mer et Marine, le secrétaire général finistérien de la branche agro-agri de la CFDT, Michel Le Bot, explique que «l’enjeu est désormais l’avenir de ces salariés» ainsi que leur accompagnement. Les négociations concernant leur avenir vont d’ailleurs commencer. Pourtant, comme le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Atacadao : dans les entrailles du discounter de Carrefour, aux prix les plus bas du marché
Boeing 737 MAX : des familles de victimes réclament une amende faramineuse
Bourse : l'inflation pourrait nous réserver de bien mauvaises surprises, voici pourquoi
JO 2024 : la 5G tiendra-t-elle le coup face à l’afflux de touristes ?
Armando Pereira, l'homme qui a éclaboussé la réputation de Patrick Drahi, le patron de SFR