Publicité
La bourse ferme dans 6 h 24 min
  • CAC 40

    7 554,58
    -31,97 (-0,42 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 846,28
    -23,84 (-0,49 %)
     
  • Dow Jones

    40 665,02
    -533,08 (-1,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0881
    -0,0019 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    2 423,20
    -33,20 (-1,35 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 788,07
    -853,50 (-1,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 323,25
    -7,65 (-0,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,83
    +0,01 (+0,01 %)
     
  • DAX

    18 212,51
    -142,25 (-0,77 %)
     
  • FTSE 100

    8 163,36
    -41,53 (-0,51 %)
     
  • Nasdaq

    17 871,22
    -125,68 (-0,70 %)
     
  • S&P 500

    5 544,59
    -43,68 (-0,78 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2917
    -0,0030 (-0,23 %)
     

Législatives : «Une politique timorée est sans doute préférable à une mise en danger de l'économie»

PIXABAY

100 milliards d’euros ? 200 milliards ? Finalement, tout le monde avait un peu raison, dans les différentes tentatives d’estimation du coût du programme économique du Nouveau Front populaire (NFP), enfin dévoilé ce vendredi 21 juin, à un peu plus d’une semaine du premier tour des élections législatives anticipées. Un coût qui se décompose en «trois bornes», a détaillé Alexandre Ouizille, sénateur socialiste de l’Oise, au cours d'une conférence de presse du Nouveau Front populaire : «25 milliards» d’euros en 2024, «100 milliards [d’euros] fin 2025», «150 [milliards d’euros] fin 2027». Il a également évalué ce chiffrage «autour de 125 [milliards d’euros] en 2026. 25 milliards d’euros, ce seront les dépenses nécessaires au titre de l’année 2024 pour financer les mesures immédiates comme la hausse de 200 euros du Smic mensuel net, l’augmentation de 10% des APL (aide personnalisée au logement), la hausse de 10% du point d'indice des fonctionnaires, la gratuité intégrale de l'école publique ou encore l’abrogation de la réforme des retraites et celle de la réforme de l’assurance-chômage, si le NFP accède au pouvoir à l’issue des législatives des 30 juin et 7 juillet.

En 2025, les dépenses atteindront 100 milliards d’euros et seront notamment allouées à l’éducation, avec l'embauche d'enseignants, à la santé, avec un plan pluriannuel de recrutement des professionnels du soin et du médicosocial et de revalorisation des ces métiers et salaires, à l’écologie, via «le renforcement de la structuration (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Entre Kylian Mbappé et le PSG, ce n’est pas fini : le Français exige 100 millions d'euros
De faux agents à votre domicile : attention à l'arnaque à la facture d'eau
Euro 2024 : France, Italie, Portugal… quelle équipe est la plus chère de la compétition ?
Ryanair : c’est quoi cette énorme vente flash ce week-end ?
Un Airbus A320 doit faire demi-tour après avoir perdu une pièce au décollage