Publicité
La bourse ferme dans 8 h 9 min
  • CAC 40

    7 508,00
    -90,63 (-1,19 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 871,10
    -45,70 (-0,93 %)
     
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0855
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    2 417,20
    +9,90 (+0,41 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 797,36
    -577,15 (-0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 359,92
    -5,97 (-0,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,23
    +0,27 (+0,35 %)
     
  • DAX

    18 433,97
    -123,73 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    8 137,85
    -29,52 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 270,88
    -198,48 (-1,14 %)
     
  • GBP/USD

    1,2902
    -0,0007 (-0,06 %)
     

Législatives : à une semaine du scrutin, Emmanuel Macron adresse une lettre aux Français

Gettyimages

Emmanuel Macron a promis dimanche «d'agir jusqu'en mai 2027», même si son camp se trouve en posture délicate à une semaine des législatives, admettant que «la manière de gouverner doit changer profondément» à l'issue du scrutin. Alors que certains parmi ses adversaires, Marine Le Pen en tête, suggèrent qu'il sera contraint à la démission en cas de défaite aux législatives des 30 juin et 7 juillet, Emmanuel Macron a répondu dimanche au détour d'une lettre publiée dans la presse quotidienne régionale : «Vous pouvez me faire confiance pour agir jusqu'en mai 2027 comme votre Président, protecteur à chaque instant de notre République, de nos valeurs, respectueux du pluralisme et de vos choix, à votre service et à celui de la Nation».

Revenant dans cette missive sur les raisons qui l'ont poussé, au soir des européennes, à prononcer la dissolution de l'Assemblée, M. Macron a reconnu que sa décision avait suscité parfois de la «colère tournée contre (lui)». Il a surtout détaillé les enjeux du scrutin à venir, qui n'est «ni une élection présidentielle, ni un vote de confiance envers le président de la République» mais la réponse à «une seule question : qui pour gouverner la France». Face au Rassemblement national et à l'alliance de gauche du Nouveau Front populaire, le chef de l'État se fait l'avocat de sa «troisième voie», distancée dans les sondages par ses adversaires. «L'objectif ne peut être seulement de continuer ce qui a été fait. J'ai entendu que vous vouliez que cela change», avance (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vacances d'été, rentrée scolaire 2024-2025 : les dates clés à ne pas manquer !
«À 4 000 euros on n’est pas riche» : après la polémique, le député Sylvain Maillard se défend
Arnaque à l’IA : le site Booking tire la sonnette d’alarme avant les vacances
Un gardien d’immeuble licencié à 2 mois de la retraite pour «dénigrement» à la télévision
Grèce : des touristes à l’origine d’un incendie en voulant faire un feu d’artifice à bord d’un yacht