La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 578,93
    -252,09 (-1,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Les élites mondiales se réunissent à Davos sur fond de guerre en Ukraine et de dérèglement climatique

Wikimedia Commons

Réunion au sommet à Davos la semaine prochaine. Les élites politiques et économiques mondiales se retrouvent avec l'ambition affichée de "coopérer dans un monde fragmenté", entre guerre en Ukraine, dérèglement climatique et mondialisation en crise existentielle. Cette année, la réunion organisée par le Forum économique mondial (WEF) dans la station de ski des Alpes suisses "se tient dans le contexte géopolitique et géo-économique le plus complexe depuis des décennies", a souligné le président du WEF, Borge Brende, lors d'un briefing cette semaine pour les journalistes. La pandémie de Covid-19, les conflits commerciaux entre Chine et Etats-Unis, et la guerre en Ukraine ont contribué ces dernières années à multiplier les lignes de fracture géopolitiques et alimenter des politiques plus protectionnistes. "L'une des causes principales de cette fragmentation est un manque de coopération", et elle se traduit par "des politiques court-termistes et égoïstes", a regretté le fondateur du WEF, Klaus Schwab, dénonçant "un cercle vicieux".

Au point même pour certains de s'interroger sur l'avenir de la mondialisation, depuis un demi-siècle au cœur de la philosophie défendue à Davos. Il y a eu un temps "d'espoir de retour à l'ancienne normale, qui était cette sorte de monde globalisé", indique à l'AFP Karen Harris, partenaire et économiste chez la société de conseil Bain & Company. "Je crois qu'il y a une reconnaissance aujourd'hui que cette ère est en train de se terminer", même s'il restera (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

20.000 euros au restaurant, 10.000 euros à la boulangerie... les folles dépenses de Jair Bolsanaro
Passeport et carte d'identité : comment le gouvernement veut réduire les délais
Trente-sept heures cauchemardesques dans un train : des passagers américains ont cru à une prise d'otages
Dans quelles villes perd-on le plus de temps dans les bouchons ?
Etats-Unis : l'entreprise familiale de Donald Trump condamnée à 1,6 million de dollars pour fraude fiscale