La bourse ferme dans 1 h 7 min
  • CAC 40

    4 891,87
    -37,41 (-0,76 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 205,57
    -22,30 (-0,69 %)
     
  • Dow Jones

    28 439,07
    +130,28 (+0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,1875
    +0,0046 (+0,39 %)
     
  • Gold future

    1 931,70
    +16,30 (+0,85 %)
     
  • BTC-EUR

    10 508,95
    +1 161,55 (+12,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    250,61
    +5,72 (+2,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    41,05
    -0,65 (-1,56 %)
     
  • DAX

    12 663,93
    -73,02 (-0,57 %)
     
  • FTSE 100

    5 808,76
    -80,46 (-1,37 %)
     
  • Nasdaq

    11 596,29
    +79,80 (+0,69 %)
     
  • S&P 500

    3 461,84
    +18,72 (+0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    23 639,46
    +72,42 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    24 754,42
    +184,88 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,3138
    +0,0192 (+1,48 %)
     

Veolia-Suez : la justice s'en mêle

·1 min de lecture

Après quelques semaines de campagne médiatique bruyante et de négociations tendues, la bataille entre Veolia et Suez s'est déplacée dans les prétoires. Le tribunal judiciaire de Paris a créé la surprise en ordonnant vendredi la suspension de l'opération d'acquisition par Veolia des actions de son concurrent Suez détenues par Engie. Et par ricochet l'OPA à venir. L'ordonnance en référé pointe une faille du dossier : les instances représentant le personnel de Suez n'ont pas été consultées sur un projet qui va aboutir au démantèlement de leur groupe.

"L'absence d'information-consultation sur le projet de Veolia constitue un trouble manifestement illicite qu'il convient de faire cesser, constate le jugement. Veolia et Suez, en ayant placé les sociétés du groupe Suez devant le fait accompli, les ont mises dans l'incapacité de respecter leurs obligations légales ; ce qui constitue un trouble également manifestement illicite."

Engie et Veolia ont fait appel

La réponse d'Engie et de Veolia n'a pas traîné. "La décision n'aura aucun impact sur la transaction", indiquait vendredi un porte-parole d'Engie, qui a fait appel de la décision du juge des référés du tribunal judiciaire de Paris. L'énergéticien n'a aucune intention de renoncer aux 3,4 milliards d'euros que lui a rapporté la cession de ses actions de Suez. "L'ordonnance de référé ne remet pas en cause la propriété des actions que nous avons acquises", insiste-t-on du côté de Veolia, officiellement propriétaire depuis le 6 octobre...


Lire la suite sur LeJDD