Publicité
Marchés français ouverture 29 min
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0848
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    17 310,61
    -158,75 (-0,91 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 766,36
    -715,35 (-1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 359,43
    -6,46 (-0,47 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     

Vendangeurs en Champagne: un procès pour traite d'êtres humains en 2025

Une société de prestation de services, sa gérante et deux hommes ayant participé au recrutement seront jugés à Châlons-en-Champagne en 2025 pour traite d'êtres humains (FRANCOIS NASCIMBENI)
Une société de prestation de services, sa gérante et deux hommes ayant participé au recrutement seront jugés à Châlons-en-Champagne en 2025 pour traite d'êtres humains (FRANCOIS NASCIMBENI)

Ils sont soupçonnés d'avoir logés des vendangeurs dans des conditions indignes: une société de prestation de services, sa gérante et deux hommes ayant participé au recrutement seront jugés à Châlons-en-Champagne en 2025 pour traite d'êtres humains, a annoncé vendredi le parquet.

Le 15 septembre 2023, en marge des vendanges en Champagne, l'inspection du travail avait contrôlé un site d'hébergement de vendangeurs utilisé par une société de prestation viticole à Nesle-le-Repons (Marne) et y avait découvert des "conditions indignes (matelas au sol, douches de fortune avec très peu d'eau chaude, installation électrique défectueuse)", rappelle la procureure de Châlons-en-Champagne Annick Browne dans un communiqué.

Une "cinquantaine de travailleurs étrangers, la plupart en situation irrégulière" étaient hébergés sur place. Le préfet de la Marne avait pris un arrêté d'insalubrité.

PUBLICITÉ

Le 26 mars 2025, la société de prestation de services et sa gérante devront répondre devant le tribunal de "traite des êtres humains, conditions d'hébergement indignes, travail dissimulé, emploi de salariés sans titre de travail et rétribution inexistante ou insuffisante", liste Mme Browne.

Deux hommes mis en cause pour avoir participé au recrutement des vendangeurs seront jugés pour traite des êtres humains.

Une société viticole sera également traduite devant le tribunal correctionnel pour "recours par personne morale aux services d'une personne exerçant un travail dissimulé à l’égard de plusieurs personnes", complète la procureure.

Entre 100.000 et 120.000 personnes s'installent chaque année pour une dizaine de jours sur les 34.300 hectares du vignoble champenois pour cueillir le raisin à la main.

Selon le comité Champagne, qui représente 16.200 vignerons, 130 coopératives et 370 maisons de champagne, un millier d'entreprises de prestation recrutent désormais la moitié des vendangeurs.

bj/zap/sla