Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    54 985,69
    +1 264,87 (+2,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 250,95
    +52,38 (+4,37 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Surtourisme : la mesure radicale de Barcelone face aux locations Airbnb

Unsplash

Cette fois-ci, c’en est trop. Des villes ont décidé de prendre des mesures pour lutter contre le surtourisme. C’est le cas de Barcelone, en Espagne. La capitale catalane a pris une décision radicale. Airbnb devra plier bagage d’ici cinq ans, rapporte France 2, le 23 juin 2024. Ainsi, il ne sera plus possible, à terme, de réserver un appartement pour quelques jours dans la cité barcelonaise. Lors d’une conférence de presse, Jaume Collboni, le maire socialiste de la ville a assuré : «Nous allons pouvoir remettre 10 000 logements sur le marché de la location et de la vente.»

La mesure est particulièrement choc, quand on sait que Barcelone croule sous le tourisme de masse. Les loyers se sont envolés et ont enregistré une augmentation de 68 % en dix ans, à cause de l’explosion des locations de meublés touristiques. «C’est un business de plus en plus florissant et c’est totalement injuste», déplore une habitante au micro de France 2. Un Français installé à Barcelone a un avis radicalement opposé. Il gère des appartements touristiques et craint pour ses affaires. Il explique : «Ça va toucher toutes les personnes de ménage, les personnes dans les bureaux…»

L’idée barcelonaise fera-t-elle pour autant son chemin dans la tête des municipalités d’autres grandes villes touristiques ? À Marseille, par exemple, Airbnb a beaucoup d’ennemis. Il y a jusqu’à 13 000 locations saisonnières. Les Marseillais le déplorent. Sur les murs du célèbre quartier du Panier de la cité phocéenne, des tags fleurissent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Anne Hidalgo assure qu'elle se baignera dans la Seine… après le 14 juillet
Législatives 2024 : Attal attaque Bardella sur la fiscalité du programme du RN
Législatives 2024 : attention aux fraudes aux procurations
Bonne nouvelle pour les emprunteurs, le retour des régimes spéciaux de retraite ? L'actu éco en 120 secondes
Législatives : RN, Nouveau Front populaire… combien de sièges avec les votes des européennes ?