Publicité
Marchés français ouverture 5 h 24 min
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    38 882,95
    +265,85 (+0,69 %)
     
  • EUR/USD

    1,0830
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    0,00 (0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 231,04
    -537,24 (-0,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 509,18
    -17,24 (-1,13 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     

Studios de tournage : quand la France se rêve en nouvel Hollywood

Tournage de la série Versailles dans les studios de Bry-sur-Marne en 2017.  - Credit:FRANCOIS DURAND / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Tournage de la série Versailles dans les studios de Bry-sur-Marne en 2017. - Credit:FRANCOIS DURAND / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Et les gagnants sont… La ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, a dévoilé vendredi les 68 projets retenus pour bénéficier d'un total de 350 millions d'euros de subventions afin d'accroître les capacités de production et de tournage en France dans le cinéma et l'audiovisuel. Cet argent public doit permettre d'entraîner trois fois plus d'investissements, soit un total d'au moins un milliard d'euros. Parmi les projets retenus, on trouve 11 studios de tournage, 12 studios d'animation, 6 de jeux vidéo, 5 d'effets spéciaux et de postproduction et 34 organismes de formation, comme celui de l'école Kourtrajmé en Guadeloupe des réalisateurs Kim Chapiron et Romain Gavras.

« Notre objectif est de prendre une place de leader mondial dans le secteur stratégique du cinéma et de l'audiovisuel au sens large. Nous avons besoin de studios de tournage. Pour cela, nous allons doubler la surface des plateaux de tournage en France, qui passera de 60 000 à 153 000 mètres carrés d'ici à 2030 », explique Rima Abdul Malak lors d'un aparté à Cannes avec quelques journalistes.

À LIRE AUSSIIris Knobloch, la présidente du Festival de Cannes à l'assaut de Hollywood

PUBLICITÉ

Cédric Jimenez, le réalisateur de Bac Nord et de Novembre, qui présidait les comités de sélection, a passé en revue 175 dossiers, dont des dizaines pour les plateaux de tournage. « Faire un studio, c'est très particulier. Il faut savoir l'opérer, le gérer, donc on a retenu les projets les plus réalistes », remarque-t-il.

L'ind [...] Lire la suite