Marchés français ouverture 2 h 1 min
  • Dow Jones

    26 659,11
    +139,16 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,59
    +180,72 (+1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    23 016,99
    -314,95 (-1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,1685
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 312,22
    -274,38 (-1,12 %)
     
  • BTC-EUR

    11 348,51
    -200,67 (-1,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    259,95
    +17,28 (+7,12 %)
     
  • S&P 500

    3 310,11
    +39,08 (+1,19 %)
     

5 choses à savoir sur Spotify

Cyprien Tardieu
·4 min de lecture
5 choses à savoir sur Spotify
5 choses à savoir sur Spotify

Chaque mercredi, Yahoo vous invite à mieux connaître une entreprise. Petits secrets, anecdotes, histoires insolites, ne manquez pas l’occasion d’épater vos amis. Vous aimez Spotify ? C’est l’heure d’en savoir plus sur le géant suédois.

1 - Son PDG veut des artistes plus productifs

Le ton est monté cet été entre Daniel Ek, PDG et cofondateur de Spotify, et les artistes. Dans une interview donnée à Music Ally, l’homme d’affaires suédois a mis les pieds dans le plat au moment d’aborder la question des artistes qui se plaignent de ne pas pouvoir vivre des redevances issues de l’écoute en ligne. Selon lui, le problème des chanteurs découle en premier lieu d'un manque de productivité. Dans cet entretien au vitriol, il a aussi rappelé que les musiciens ne pouvaient pas penser bien gagner leur vie en enregistrant de la musique tous les 3 ou 4 ans comme avant.

Des propos qui restent en travers de la gorge de certains artistes. L’auteur-compositeur David Crosby a qualifié David Ek de "petite merde avide et désagréable”. De son côté, Mike Mills, le bassiste du groupe R.E.M, lui a proposé "d'aller se faire foutre". Bonne ambiance.

2 - Goldman, Swift, Cabrel... Ils ont longtemps résisté avant de céder

En plus de faire le même métier, Jean-Jacques Goldman, Taylor Swift et Francis Cabrel ont un autre point commun : celui d’avoir longtemps refusé les avances de Spotify. Le numéro 1 mondial du streaming musical devant Apple a longtemps dû composer sans eux. Prince, AC/DC, Thom Yorke ont, eux aussi, longtemps figuré dans cette liste de “résistants”.

"Je ne vais pas consacrer tout mon travail à une entreprise qui, selon moi, ne paie pas à sa juste valeur les paroliers, les producteurs, les artistes et les créateurs de musique”, disait Taylor Swift en 2014 dans une interview relayée par Les Échos. La chanteuse américaine a finalement cédé trois ans plus tard pour le plus grand bonheur de ses fans.

Il y a un an, Jean-Jacques Goldman était le dernier grand nom à accepter de voir l’ensemble de ses notes et de ses mots débarquer sur la plateforme musicale.

Taylor Swift en décembre 2019
Taylor Swift en décembre 2019

3 - Des millions de titres délaissés

4 millions. Soit le nombre de chansons jamais écoutées sur Spotify selon une étude menée en 2013. Un chiffre conséquent qui représente, à l’époque, 20% de l’ensemble du catalogue musical du géant suédois. Pour faire connaître ces titres délaissés, Forgotify a ainsi vu le jour.

Le principe de ce site ? Lire exclusivement les chansons que personne n'a écoutées sur Spotify. Si vous en avez marre de chanter sur “Shape of you” d’Ed Sheeran, chanson la plus écoutée de la décennie, n’hésitez pas une seconde.

4 - Son nom vient d’un malentendu

Au moment de choisir le nom de leur société en 2006, Daniel Ek et Martin Lorentzon, les deux fondateurs, crient au hasard des noms potentiels lorsque le premier croit entendre Spotify. Après une rapide recherche sur Google, les deux Suédois voient que le nom est libre et décident d’enregistrer le nom de domaine dans la foulée.

Après deux ans de plaidoiries pour convaincre les grandes maisons de disque de céder leurs catalogues de titres, Spotify voit finalement le jour en 2008.

5 - Un géant toujours déficitaire

Le Suédois Spotify, numéro un mondial de l'écoute de musique en ligne, frôle désormais les 300 millions d'utilisateurs actifs au deuxième trimestre dont plus de 45% d'abonnés payants. Une importante communauté qui ne permet pas pour autant au site de décoller financièrement : l’activité reste déficitaire malgré un court passage dans le vert au premier trimestre 2020.

Au deuxième trimestre, elle a subi une perte de 356 millions d'euros, près de cinq fois plus qu'au deuxième trimestre 2019. Le PDG Daniel Ek explique sa perte par “l'impact des charges liées à la hausse de notre cours de Bourse”.

Daniel Ek
Daniel Ek

5 CHOSES À SAVOIR SUR

Épisode 1 - Netflix
Épisode 2 - Decathlon
Épisode 3 - Ikea
Épisode 4 - Disney
Épisode 5 - Nike
Épisode 6 - Peugeot
Épisode 7 - Twitter
Épisode 8 - Lego