La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,41
    -135,09 (-2,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,60
    -78,54 (-2,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,27 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9693
    -0,0145 (-1,47 %)
     
  • Gold future

    1 651,70
    -29,40 (-1,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 596,09
    -201,43 (-1,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,61
    -9,92 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    -4,06 (-4,86 %)
     
  • DAX

    12 284,19
    -247,44 (-1,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,60
    -140,92 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,88 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 153,83
    -159,30 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    17 933,27
    -214,68 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,0857
    -0,0398 (-3,54 %)
     

Quantic Dream est racheté par NetEase : quel impact ?

Quantic Dream n’est plus indépendant. L’entreprise française a officialisé son rachat par NetEase, conglomérat chinois qui lui permettra d’accélérer sa croissance.

Il y a quelques années, Quantic Dream coupait les ponts avec Sony, arrêtant de développer exclusivement des jeux pour les consoles PlayStation. Le studio français voulait grandir, en continuant d’imaginer des projets, mais aussi en devenant un éditeur pour les autres. Dans un communiqué publié le 31 août, Quantic Dream annonce une nouvelle étape dans sa croissance : son rachat par NetEase.

Concurrent de Tencent (qui pourrait prochainement s’offrir Ubisoft), NetEase est un acteur majeur de l’internet chinois qui dispose d’une force de frappe sans précédent. Son rapprochement avec Quantic Dream n’est pas son premier fait d’arme sur le marché du jeu vidéo : il a par exemple codéveloppé Diablo Immortal en compagnie de Blizzard Entertainment. À l’instar de Tencent, son objectif est d’accroître sa présence en Occident.

Quantic Dream x NetEase
Quantic Dream x NetEase

Quantic Dream promet qu’il restera indépendant

Quantic Dream justifie ce passage sous pavillon chinois par sa volonté de « continuer à évoluer et à rêver plus grand ». Dans son communiqué, il clame qu’il conservera son indépendance en termes de « ligne éditoriale, de direction artistique et de management du studio ». Il n’empêche, certains imaginent déjà voir fleurir des adaptations mobiles remplies de microtransactions — un levier sur lequel les géants chinois adorent s’appuyer.

[Lire la suite]