Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    53 009,02
    +539,18 (+1,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 211,87
    +13,30 (+1,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2990
    +0,0075 (+0,58 %)
     

Qu’est-ce que le «slashing», la nouvelle tendance en vogue dans le monde du travail ?

Kateryna/Adobe Stock

Connaissez-vous le «slashing» ? Ce terme employé dès 2007 par l’essayiste américaine Marci Alboher redevient à la mode ces dernières années dans le monde du travail. Il désigne le fait d’exercer plusieurs activités professionnelles radicalement différentes en même temps. Un mode de travail atypique qui s’éloigne donc du CDI à temps plein. «Nous sentons une envie des salariés d’avoir une multiactivité soit au sein de la même entreprise, soit au sein de plusieurs», témoigne Valérie Duburcq, directrice du domaine Transformation «Pratiques de Travail Collectives» chez Orange auprès du journal Ouest-France, mercredi 12 juin.

«On voit de plus en plus un lien avec l’entreprise, qui est en train de changer. Avant, il était admis que son travail se passait au sein d’une même entreprise. Aujourd’hui, on veut couper son temps entre plusieurs activités et plusieurs entreprises», poursuit-elle. Méconnu, le phénomène de slashing est souvent confondu avec celui de pluriactivité subie. Or, les «slashers» choisissent de combiner des activités variées par passion, soulignent nos confrères qui ont mené une étude sur ce type de travailleurs.

«On doute de mon professionnalisme. On doute de ma volonté de m’investir dans mon activité», regrette l’un d’entre eux. D’autres déplorent d’être perçus comme immatures ou opportunistes. «Comme je suis jeune, on perçoit le slashing comme une étape où je suis censé me chercher. Beaucoup ne voient pas cela comme un choix de carrière définitif», confie un slasher. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Couple au travail : suis-je obligé d’en informer mon employeur ?
Législatives : est-il judicieux de parler politique au travail ?
Télétravail : les managers doivent «lâcher la bride»… mais pas trop !
Intelligence artificielle : future rivale ou collègue de travail ?
«Focus Friday» : connaissez-vous cette méthode pour améliorer l’efficacité le vendredi ?