La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 317,98
    -468,35 (-2,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Profitez bien de la comète « ZTF », car elle ne reviendra jamais nous voir

Une comète baptisée C/2022 E3 (ZTF) pourrait devenir visible à l’œil nu très bientôt. Si cela arrive, il faudra bien en profiter. L’objet ne reviendra probablement plus jamais nous voir ensuite.

2023 commence avec une nouvelle comète très médiatisée, C/2022 E3 (ZTF). Cette comète prometteuse pourrait devenir visible à l’œil nu. L’objet est passé au périhélie, c’est-à-dire au plus près du Soleil sur sa trajectoire, le 12 janvier. C/2022 E3 (ZTF) se trouvait alors à environ 160 millions de km de l’astre.

La comète continue sa traversée du système solaire, désormais en s’approchant de notre planète. C/2022 E3 (ZTF) devrait se trouver au plus près de nous le 1er février. Il faut toutefois relativiser la notion de « proximité » : la comète sera alors à un peu plus de 42 millions de km de la Terre.

L’orbite de C/2022 E3 (ZTF) est si excentrique qu’elle ne reviendra sans doute plus

D’ailleurs, cet objet n’est pas classé comme géocroiseur. On parle d’objet géocroiseur pour désigner les comètes ou les astéroïdes qui passent à faible distance de l’orbite terrestre. « Elle n’est même pas considérée comme une ‘comète proche de la Terre’ car elle met trop de temps — 50 000 ans — à tourner autour du Soleil », souligne l’Agence spatiale européenne (ESA) dans un tweet le 13 janvier.

[Lire la suite]