La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 909,64
    +58,26 (+1,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 198,86
    +27,45 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,09 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    +0,0042 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 903,40
    -1,20 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    10 952,00
    -270,03 (-2,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    260,05
    -1,40 (-0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,78
    -0,86 (-2,12 %)
     
  • DAX

    12 645,75
    +102,69 (+0,82 %)
     
  • FTSE 100

    5 860,28
    +74,63 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 516,59
    +42,32 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,65 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3038
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Un prêt bancaire garanti par du parmesan

·1 min de lecture

Si les banques demandent souvent des garanties financières en échange d'un prêt bancaire important, certaines acceptent parfois des contreparties en nature. La Deutsche Bank a innové lundi : comme le révèle le quotidien économique allemand Handelsblatt, la banque a prêté 27,5 millions d'euros à la société italienne Ambrosi, à la condition d'une garantie de 125.000 meules de parmesan et grana padano, déjà produites par le fabricant. L'argent obtenu doit permettre la construction d'une nouvelle cave de fermentation, les deux fromages ayant un procédé de fabrication et de conservation identique.

Des prêts contre de la nourriture? Rien de nouveau. Sur les marchés du monde entier s'échangent des prêts ou des contrats contre, par exemple, du vin français ou du whisky écossais. "Avec la crise du coronavirus actuelle, nous voulons aider nos clients à sécuriser et développer leur activité, explique un porte-parole de la Deutsche Bank dans le journal allemand. [Le crédit] ne doit pas surcharger le client et pour cela, nous acceptons également le parmesan comme garantie."

Une pratique courante dans la province italienne d'Emilie-Romagne

En la matière, les banques de la province italienne d'Emilie-Romagne ont toujours été à la pointe de la créativité financière. Par exemple, la Banque populaire d'Emilie-Romagne propose depuis des années un crédit dit "balsamique", un prêt ad hoc pour les producteurs de vinaigre qui mettent en garantie une partie de leur production. A la fin des années 20...


Lire la suite sur LeJDD