La bourse ferme dans 6 h
  • CAC 40

    6 663,16
    -24,63 (-0,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 925,24
    -13,95 (-0,35 %)
     
  • Dow Jones

    33 596,34
    -350,76 (-1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0490
    +0,0021 (+0,20 %)
     
  • Gold future

    1 786,90
    +4,50 (+0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    16 037,85
    -272,56 (-1,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    394,62
    -7,18 (-1,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,46
    -0,79 (-1,06 %)
     
  • DAX

    14 287,54
    -55,65 (-0,39 %)
     
  • FTSE 100

    7 514,37
    -7,02 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,89
    -225,05 (-2,00 %)
     
  • S&P 500

    3 941,26
    -57,58 (-1,44 %)
     
  • Nikkei 225

    27 686,40
    -199,47 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    18 814,82
    -626,36 (-3,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2149
    +0,0016 (+0,13 %)
     

Pétrole : le WTI chute à son plus bas niveau depuis près de 7 mois

Les cours du pétrole ont de nouveau brutalement reculé mardi, écrasés par le ralentissement économique en Chine mais surtout par la perspective de plus en plus palpable d'un accord sur le nucléaire iranien, qui libérerait presque instantanément quelque 100 millions de barils. Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en septembre a fondu de 3,22%, pour terminer à 86,53 dollars, soit son plus bas niveau en clôture depuis le 25 janvier, soit quasiment sept mois. Quant au Brent de la mer du Nord, avec échéance en octobre, il a lui abandonné 2,90%, à 92,34 dollars, son plus faible niveau en clôture depuis début février.

Pour Robert Yawger, de Mizuho, ce nouveau décrochage est "principalement lié à l'Iran". Les responsables de l'Union européenne et les Etats-Unis examinaient mardi la réponse de la République islamique au texte proposé par l'UE pour relancer l'accord sur le nucléaire iranien, assortie de demandes de modifications. Bien que les Européens aient initialement présenté leur version du document comme "finale", les discussions se poursuivaient sur de possibles amendements. "Il semble qu'ils essayent vraiment de parvenir à un accord", a observé Robert Yawger. En cas de succès, "c'est la possibilité de voir un million de barils de plus par jour sur le marché", souligne l'analyste, et davantage à moyen terme.

Au moment du retrait des Etats-Unis de l'accord originel, en 2018, l'Iran exportait environ 2,45 millions de barils par jour, selon le service (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : “prudence sur les actions du secteur du pétrole, l’économie inquiète”
Tencent voit son chiffre d'affaires reculer, une première depuis son entrée en Bourse
Sanofi plonge en Bourse, échec pour un médicament dans le cancer du sein
La livre Sterling (GBP) pourrait profiter de l’envolée de l’inflation au Royaume-Uni : le conseil Bourse
États-Unis : Google Maps accusé de diriger des femmes enceintes vers de fausses cliniques d’avortement