La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 909,64
    +58,26 (+1,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 198,86
    +27,45 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,09 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    +0,0042 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 903,40
    -1,20 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    10 953,25
    -268,78 (-2,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    260,05
    -1,40 (-0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,78
    -0,86 (-2,12 %)
     
  • DAX

    12 645,75
    +102,69 (+0,82 %)
     
  • FTSE 100

    5 860,28
    +74,63 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 516,59
    +42,32 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,65 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3038
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Pétrole : Shell veut supprimer jusqu'à 9 000 emplois

Source AFP
·1 min de lecture
Le logo de Royal Dutch Shell.
Le logo de Royal Dutch Shell.

Au tour du géant pétrolier Royal Dutch Shell d'annoncer un plan social d'envergure. Le groupe britanico-néerlandais compte supprimer entre 7 000 et 9 000 emplois dans le cadre d'une vaste restructuration. Quelque 1 500 personnes ont déjà quitté le groupe volontairement. Le reste des départs, qui n'ont pas encore été quantifiés, se produira d'ici à 2022. Ce plan social permettra à Shell d'économiser entre 2 et 2,5 milliards d'euros par an.

Le groupe fait face, comme son concurrent BP, qui a également annoncé 10 000 suppressions de postes, non seulement au choc de la pandémie de coronavirus qui a plombé l'activité et les déplacements et, par là même, la demande pétrolière mondiale, mais aussi au défi de la transition énergétique. Le directeur général Ben van Beurden estime dans un entretien publié sur le site de Shell que, face au choc de la pandémie, le groupe a agi « rapidement » pour couper ses coûts notamment en éliminant le versement de son dividende, mais qu'il se doit de rester « compétitif » et a besoin de devenir plus « agile » et resserré.

Lire aussi Pétrole : pourquoi le stockage du brut est à ras bord

40 dollars le baril

Shell explique notamment dans son communiqué mercredi qu'environ « 80 % de ses ventes de gaz naturel liquéfié en 2020 ont été liées aux prix du pétrole » et que la forte baisse de ces derniers depuis le début de l'année se traduit sur les marges de l'activité gazière. Entre mars et avril, les cours de l'or noir s'étaient effondrés fa [...] Lire la suite