Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 660,05
    +309,89 (+0,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 386,51
    +55,61 (+4,16 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Nouveau bol d'air pour l'enseigne de cosmétiques The Body Shop

John Phelan/Wikimedia Commons

Du répit, un peu d’air aussi, mais encore beaucoup de questions en suspens pour The Body Shop. La filiale française de la marque de cosmétiques britannique avait été placée en redressement judiciaire le 4 avril dernier. Depuis, son sort était suspendu à l’audience de ce jeudi 6 juin devant le tribunal de commerce de Paris. Il y a deux jours, deux entreprises s’étaient positionnées pour la reprise de l’enseigne : Horizon Pharma et Berger International. Des offres qui «ne concernaient que 40% à 50% du périmètre de la filiale hexagonale de The Body Shop», rapportait LSA.

En réalité, les deux repreneurs seraient davantage intéressés par les emplacements stratégiques de la marque de cosmétiques vegan. Mais, toujours selon une information obtenue par LSA, The Body Shop a obtenu une bouffée d’air d’un mois et les différentes parties doivent désormais se retrouver le 4 juillet prochain. Mais cette date sera la dernière eu égard à la situation financière de la filiale française qui va arriver au bout de sa trésorerie. En effet, si The Body Shop France a obtenu un petit sursis, il n’y a que très peu d’espoirs.

Pourquoi ? D’abord parce que sa maison mère n’a plus de propriétaire, rappelle LSA. En outre, elle s’est opposée à la vente des produits en parapharmacie et ne souhaiterait plus de franchise dans l’Hexagone. Les deux offres de reprise évaluées à 200 000 euros pour Berger International (21 salariés et 17 baux conservés) et 150 000 euros pour Horizon Pharma (105 salariés et 28 magasins) (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

WePost, le Blablacar de la livraison de colis... en train !
Jusqu’à 50 000 euros de réductions d’impôt si vous misez sur le «Google de demain»…
Le fournisseur d'énergie Ohm est désormais visé par une plainte pour «tromperie»
La Chine se débarrasse de ses dollars et achète de l’or à tour de bras
LVMH : qui est Frédéric Arnault, qui prend du galon au sein du groupe de luxe ?