La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 091,28
    -65,41 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 965,46
    -148,33 (-1,22 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0738
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    21 429,25
    -323,45 (-1,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    530,27
    -6,63 (-1,23 %)
     
  • S&P 500

    4 134,54
    -29,46 (-0,71 %)
     

Je ne dépenserai pas 240 € pour la manette DualSense Edge de la PS5 (et vous ?)

Les propriétaires d’une PS5 peuvent enfin acquérir une manette Pro officielle. Mais le positionnement tarifaire ultra-élevé la réduit à un produit ultra de niche, ne justifiant pas ses bienfaits ergonomiques.

Quelle mouche a piqué Sony en ce début d’année 2023 ? Alors que le PlayStation VR2, facturé 600 €, s’apprête à sortir, la firme nippone ajoute un autre produit ultra onéreux à sa gamme PS5 : une manette de luxe, baptisée DualSense Edge. Pour 240 €, elle ajoute une palanquée de fonctionnalités à la DualSense (déjà excellente de base) et un soupçon de qualité de finition en plus. 240 € représente une sacrée somme : on peut presque acheter quatre DualSense normales pour le même prix.

Bien sûr, le segment des manettes élites existe depuis plusieurs années et, en réalité, l’entreprise arrive sur le tard. Cela fait maintenant deux générations que Microsoft propose son pad Xbox Elite Series 2, tandis que des constructeurs comme Scuf vendent aussi des produits sous licence adaptés aux personnes plus exigeantes. Sony devait s’y mettre pour gonfler son offre d’accessoires (il développe d’ailleurs un périphérique pour les personnes en situation de handicap).

Un tel tarif pour une manette peut se justifier sous certaines conditions : une durabilité exemplaire, une compatibilité sur plusieurs générations (comprendre : la DualSense sera aussi la manette d’une éventuelle PlayStation 6) et des fonctionnalités vraiment avancées.

[Lire la suite]