Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 390,16
    +482,97 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,67
    +48,77 (+3,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

L'UE veut scanner vos photos sur WhatsApp : révolte des applis de messagerie chiffrée

PIXABAY

L’Europe veut lutter contre la diffusion d'images et vidéos à caractère pédocriminel. Pour cela, l’UE souhaite adopter un texte qui imposerait aux messageries cryptées de scanner les photos et vidéos de ces plateformes, comme WhatsApp, iMessage ou Signal. Sans doute au détriment de la vie privée des utilisateurs. Depuis la présentation du projet en 2022 à la Commission européenne, certains États s’y opposent, prétextant une atteinte «disproportionnée». Ces États, comme l’Allemagne, mettent en garde également contre les possibles erreurs de l’intelligence artificielle censée détecter les contenus pédocriminels.

Selon BFMTV, depuis quelques heures, ce sont les applications qui s’opposent fermement à ce texte. Les messageries soulignent l’importance du chiffrement de bout en bout. Cette technologie les empêche d’avoir accès aux contenus envoyés par les utilisateurs. Si certains politiques ont réclamé la désactivation du chiffrement, pour la police notamment, aucune décision en ce sens n’a encore été prise. Pourquoi les messageries sont-elles contre ce texte ? S’il était adopté, il obligerait les utilisateurs, soit à accepter que toutes ses photos et vidéos soient scannées, soit à conserver le chiffrement.

Mais dans ce cas, les utilisateurs ne pourraient plus envoyer de photos ou de vidéos sur WhatsApp et les autres messageries chiffrées. Sur le réseau social X, le lanceur d’alerte Edward Snowden parle déjà de «surveillance de masse». Le patron de WhatsApp, Will Cathcart, a utilisé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Législatives 2024 : RN, Nouveau Front populaire… qui sont les candidats de votre circonscription ?
Un couple de septuagénaires organisait jusqu’à 28 lotos illégaux par semaine !
J0 2024 : la start-up qui va dépolluer le village des athlètes valide ses tests grandeur nature
Les hausses de salaires promises par les candidats, une mutuelle à 1 euro… L'actu éco en 120 secondes
Droits TV L1: Partenaire de la LFP, CVC promet un sacré retour sur investissement à ses clients