Publicité
Marchés français ouverture 51 min
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    38 846,53
    +126,06 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,0731
    -0,0012 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 992,68
    -119,95 (-0,66 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 420,65
    -501,13 (-0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 426,39
    +8,51 (+0,60 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     

Luca de Meo confirmé pour quatre ans à la tête de Renault

Luca De Meo, directeur général du groupe Renault, lors de la présentation de la nouvelle Renault électrique R5 E-Tech, le 26 février 2024 au Salon international de l'automobile de Genève (Fabrice COFFRINI)
Luca De Meo, directeur général du groupe Renault, lors de la présentation de la nouvelle Renault électrique R5 E-Tech, le 26 février 2024 au Salon international de l'automobile de Genève (Fabrice COFFRINI)

Luca de Meo va exercer un deuxième mandat de quatre ans à la tête de Renault, a confirmé le constructeur automobile vendredi, alors que sa rémunération a été contestée par plus d'un quart de ses actionnaires.

Le mandat de M. de Meo a été renouvelé "à l'unanimité" jusqu'en mai 2028 par le conseil d'administration de Renault, a indiqué son président Jean-Dominique Senard jeudi.

Les actionnaires du groupe, réunis en assemblée générale jeudi, ont également confirmé une hausse de la rémunération de M. De Meo, qui pourrait atteindre 5,53 millions d'euros annuels.

PUBLICITÉ

L'opposition a cependant été forte: 27,87% des actionnaires ont voté contre la résolution sur le salaire de M. De Meo. Le cabinet de conseil Proxinvest leur avait recommandé de s’y opposer, comme il l'avait fait pour Carlos Tavares chez Stellantis.

Selon la direction de Renault, il s'agissait, d'"assurer l’attractivité de la rémunération du directeur général" par rapport à 13 autres sociétés de l'automobile comme Stellantis et Volkswagen et de secteurs connexes avec Michelin ou Siemens.

Il faut ajouter à cette rémunération des actions de performance, versées sur le long terme, qui représentent plus de 5 millions d'euros supplémentaires au cours actuel de l'action.

Depuis son arrivée à la tête du groupe en 2020, après l'éviction de Carlos Ghosn, l'ex-patron de Seat a redressé les comptes du groupe, qui était en mauvaise posture.

En quatre ans, M. De Meo a réorganisé le Losange en taillant dans les effectifs, détricoté l'Alliance avec Nissan, et multiplié les collaborations avec d'autres acteurs de l'automobile, de la technologie ou des matériaux.

Il a misé sur des ventes plus faibles et des tarifs plus élevés, avec des bénéfices record à la clé. Et préparé une nouvelle offensive dans ses gammes électriques, avec le Scenic puis la nouvelle R5 cette année.

tsz/uh/nth