Publicité
La bourse ferme dans 3 h 16 min
  • CAC 40

    7 946,75
    -7,64 (-0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 876,94
    -6,83 (-0,14 %)
     
  • Dow Jones

    38 949,02
    -23,39 (-0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0828
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 038,90
    -3,80 (-0,19 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 908,84
    +2 599,09 (+4,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,64
    +0,10 (+0,13 %)
     
  • DAX

    17 670,99
    +69,77 (+0,40 %)
     
  • FTSE 100

    7 647,89
    +22,91 (+0,30 %)
     
  • Nasdaq

    15 947,74
    -87,56 (-0,55 %)
     
  • S&P 500

    5 069,76
    -8,42 (-0,17 %)
     
  • Nikkei 225

    39 166,19
    -41,84 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,44
    -25,41 (-0,15 %)
     
  • GBP/USD

    1,2639
    -0,0021 (-0,16 %)
     

J’ai utilisé Google Bard pour planifier mes vacances et il m’a énervé

Contrairement à ChatGPT, qui impressionne par sa capacité à répondre à toutes les questions, Google Bard est trop souvent basique. À plusieurs reprises, il m’a donné l’impression d’être un Google Assistant un peu plus polyvalent, mais pas un véritable rival du modèle d’OpenAI.

Google Bard est-il vraiment au niveau de ChatGPT ? Depuis le 10 mai, l’intelligence artificielle génératrice de Google est disponible dans 180 pays, mais n’a pour l’instant pas officiellement franchi les frontières de l’Union européenne. La fin de son système de file d’attente a néanmoins un avantage : n’importe qui peut désormais parler à Google Bard avec un VPN branché sur les États-Unis. De quoi enfin expérimenter le tant attendu rival de ChatGPT, avec lequel Google semble avancer très prudemment.

En vacances, j’ai eu l’idée d’utiliser Google Bard comme majordome pour trouver des choses à faire, après avoir déjà utilisé ChatGPT pour planifier un programme initial (un programme extrêmement qualitatif, que des professionnels du tourisme m’ont confirmé comme exhaustif). Tout ne s’est pas passé comme prévu.

Google Bard n’a pas le droit de parler français

Avant de rentrer dans le vif du sujet, j’ai souhaité tester les limites linguistiques de Bard. Pour une raison qui me dépasse, l’IA de Google est limitée à l’anglais, au coréen et au japonais. Une limitation sans aucun sens, dans le sens où un modèle de langage ne conçoit pas une langue comme un être humain (ou comme Siri ou Google Assistant,

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Un robot sur la plage. // Source : Numerama avec Midjourney