Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 354,52
    +255,33 (+0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 381,33
    +50,43 (+3,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Infiltration, effondrement : le château des frères Bogdanoff est en ruines

Salvator Barki/Getty Images

Près de mille ans d’histoire, un des derniers monuments gascons du Gers… Le château d'Esclignac est aussi connu pour avoir été la propriété des frères Bogdanoff. Igor et Grichka ont en effet racheté ce château inscrit aux monuments historiques en 1986, mais dès 2014, un appel de fonds était lancé sur une plateforme de financement participatif pour le sauver. Non entretenu, il était déjà dans un mauvais état. Mais depuis le décès des deux frères il y a plus de deux ans, le château est totalement à l’abandon.

Les poutres, les toitures, les murs… tout s’effondre, selon France 3 Occitanie. «La moitié des poutres de la toiture principale est déjà tombée, cela fait 40 tonnes à peser sur le sol du 4e étage et le toit a complètement vrillé», déplore le président de la sauvegarde du patrimoine gascon, Cédric Davant-Lannes, qui a lancé un appel à l’aide pour le sauver. Depuis trente ans, le château n’a bénéficié d’aucun travaux, selon ce passionné, qui ajoute : «Il pleut dedans comme dehors tellement les fissures et les brèches sont importantes.»

Alors que les premières brèches et fissures se sont formées dès 2016, la situation a bien évidemment empiré, forçant la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) à placer le château d'Esclignac sur la liste des «édifices protégés en souffrance». Elle parle d’un «édifice dangereux» et de «risques d’effondrement». En plus des fissures et des infiltrations, une brèche s’est formée sur le toit principal et les fenêtres ont disparu de la dépendance. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le marché immobilier au point mort depuis la dissolution de l’Assemblée nationale
Airbnb : dédommagement demandé pour «concurrence déloyale», des hôtels à l’offensive
La famille Le Pen vend sa villa de Rueil-Malmaison et réalise une très belle plus-value
Paris : la mairie réussit à interdire des locations Airbnb pour… nuisances sonores
Immobilier : la ligne 14 prolongée, le nouveau paradis des primo-accédants ?