Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 425,48
    +204,47 (+0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,71
    +45,81 (+3,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Immobilier : prix, gain de surface, transactions … ce qui a changé depuis un an

Getty / Urbazon

On le sait, le marché de l’immobilier a beaucoup évolué depuis un an. Mais à quel point ? Une étude du réseau d’agences Foncia apporte des éléments de réponse à cette question. Le spécialiste de l’immobilier a analysé 3 500 compromis de vente, issus de transactions dans l'ancien, signés entre le 1er avril et le 1er juin 2024. Foncia a ensuite comparé ces documents à ceux du deuxième trimestre 2023, afin d’estimer les grandes tendances du marché immobilier sur les douze derniers mois. «Les chiffres du deuxième trimestre, s’ils actent une dynamique positive, s’inscrivent dans un contexte de marché immobilier global toujours en récession, notamment avec une pénurie manifeste de biens sur le marché locatif», analyse Jordan Frarier, président de Foncia Transaction.

En effet, l’étude révèle que le nombre de transactions de biens anciens a baissé de 10% sur un an au premier trimestre 2024, une dépréciation tout de même moins élevée qu’en 2023 (-16%). Cette baisse de la demande s’explique principalement par les taux de crédit qui ont flambé depuis le début de l’année 2022, réduisant considérablement le pouvoir d'achat immobilier des ménages. Cette raréfaction des acheteurs a logiquement tiré les prix à la baisse puisque, selon Foncia, ceux des logements anciens ont reculé de 8% sur un an au deuxième trimestre 2024. Dans le même temps, les délais de ventes se sont logiquement envolés (+8 jours), pour atteindre 92 jours en moyenne. Seule éclaircie dans ce sombre tableau, la surface moyenne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ils percevaient des loyers malgré un arrêté de péril : des propriétaires condamnés
Immobilier : votre pouvoir d’achat dans les 50 plus grandes villes de France
Immobilier : les villes où les délais pour vendre s’allongent le plus
Crédit immobilier : les taux poursuivent leur baisse en juillet, malgré la percée du RN
Immobilier : les plus fortes chutes de prix dans les 50 plus grandes villes de France