La bourse ferme dans 5 h 5 min
  • CAC 40

    6 489,16
    -0,84 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 715,24
    -0,13 (-0,00 %)
     
  • Dow Jones

    32 774,41
    -58,13 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0233
    +0,0016 (+0,15 %)
     
  • Gold future

    1 810,50
    -1,80 (-0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    22 543,93
    -564,82 (-2,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    536,11
    -21,24 (-3,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,56
    -0,94 (-1,04 %)
     
  • DAX

    13 557,03
    +22,06 (+0,16 %)
     
  • FTSE 100

    7 488,99
    +0,84 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    12 493,93
    -150,53 (-1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 122,47
    -17,59 (-0,42 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    19 610,84
    -392,60 (-1,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2087
    +0,0010 (+0,09 %)
     

Des groupes Facebook à l'origine de fausses évaluations attaqués par Amazon

Amazon a assigné en justice plus de 11.000 personnes liées à des groupes de discussion sur Facebook qui vendent et achètent de fausses évaluations de produits vendus sur la plateforme de commerce en ligne. Selon le document, déposé lundi 18 juillet devant un tribunal civil du comté de King, qui comprend Seattle (nord-ouest), où se trouve le siège d'Amazon, le géant technologique entend utiliser cette procédure pour démasquer les utilisateurs incriminés, dont la véritable identité n'est pas publique.

Il s'agit de créateurs, administrateurs et modérateurs de groupes de discussion, souvent privés, dédiés à acheter et vendre de fausses évaluations, financées par des sociétés qui vendent des produits sur Amazon. Sont particulièrement recherchés les "avis vérifiés sur Amazon", un label que la plateforme octroie aux évaluations écrites par des consommateurs ayant effectivement acheté le produit. Les internautes qui acceptent de publier, sous leur nom, de faux avis, sont rémunérés ou reçoivent remboursement de leur achat, selon le document de justice consulté par l'AFP.

Pour tromper la vigilance des modérateurs de Facebook et les logiciels d'intelligence artificiel, beaucoup des créateurs de ces groupes utilisent des versions tronquées des mots qui pourraient attirer l'attention sur leurs pratiques. Amazon mentionne notamment un groupe qui a compté, un temps, jusqu'à 43.000 abonnés.

Sollicité par l'AFP, Facebook, qui n'est pas visé directement par la procédure, a indiqué avoir retiré du (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

EuroMillions : la cagnotte historique de 230 millions a été empochée au Royaume-Uni
YouTube : il est désormais possible de faire du shopping sur la plateforme
Pékin pourrait infliger à la société de VTC Didi une très grosse amende
CAC 40 : la Bourse de Paris dans le vert à la veille d'une réunion décisive de la BCE
Google : la justice française ordonne la levée de l'anonymat de personnes accusées de "faux avis"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles