La bourse ferme dans 6 h 36 min
  • CAC 40

    6 527,30
    +2,86 (+0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 750,77
    -6,45 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    32 832,54
    +29,04 (+0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0244
    +0,0049 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 809,20
    +4,00 (+0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    23 247,32
    -438,50 (-1,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    555,73
    +12,85 (+2,37 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,61
    -1,15 (-1,27 %)
     
  • DAX

    13 644,61
    -43,08 (-0,31 %)
     
  • FTSE 100

    7 489,19
    +6,82 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    12 644,46
    -13,14 (-0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 140,06
    -5,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • HANG SENG

    20 003,44
    -42,33 (-0,21 %)
     
  • GBP/USD

    1,2120
    +0,0039 (+0,32 %)
     

Getir se sépare de plusieurs centaines d'employés sans plan de licenciement

Après avoir recruté à tour de bras depuis son implantation en France en juin 2021, l'entreprise de livraison rapide de courses fait désormais marche arrière et va supprimer plusieurs centaines de postes.

Getir réduit drastiquement sa voilure. La société de livraison à domicile ultrarapide, fondée en Turquie en 2015 et implantée en France depuis fin juin 2021, va supprimer quelques centaines de postes, rapportent Mediapart et L'Humanité, s'appuyant sur des documents internes et des témoignages. Et aucun plan de licenciement, comme l'exige la loi, ne semble au programme.

Depuis un an, ce n'est pas moins de 1 800 personnes qui avaient été recrutées en CDI, essentiellement des livreurs et des préparateurs de commandes, pour opérer dans une quarantaine de "dark stores" à Paris, Lille, Montpellier, Lyon ou encore Marseille. Après une énorme levée de fonds de 768 millions de dollars, en mars 2022 et une valorisation en Bourse de 12 milliards de dollars, la start-up turque n'est plus à la fête. En cause : la hausse des taux d'intérêt, l'inflation, la chute du Nasdaq ou encore les prévisions pessimistes des experts, détaille Mediapart

Ainsi, le 25 mai dernier, au cours d'une visioconférence, le fondateur de Getir, Nassim Salur, a annoncé une réduction des effectifs du siège d'Istanbul de 14 %, ainsi que des suppressions de postes partout dans le monde. En France, plusieurs centaines de personnes seraient concernées. "On a déjà discuté avec toutes les personnes affectées de [sic] l’annonce de Nassim. En ce qui concerne l’annonce, toutes les discussions ont eu lieu et de ce point de vue, c’est fini", confirme ainsi à demi-mot Alec Dent, Directeur général de la franchise.

Et les procédures (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Bruno Retailleau : "Ce ne sont pas lois qui créent du pouvoir d'achat, mais le travail"

Hausse des prix : Amazon essaie de rassurer ses abonnés
Meta : première baisse de revenus pour la maison mère de Facebook
CAC 40, Nasdaq… faut-il craindre une rechute de la Bourse ?
Le géant du luxe LVMH profite des hausses de prix : le conseil Bourse
Le coûteux fiasco des rachats internet de TF1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles