La bourse ferme dans 3 h 42 min
  • CAC 40

    7 165,28
    +32,93 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 227,67
    +18,36 (+0,44 %)
     
  • Dow Jones

    34 156,69
    +265,67 (+0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0746
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    1 894,20
    +9,40 (+0,50 %)
     
  • BTC-EUR

    21 578,61
    -4,96 (-0,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,18
    +9,23 (+1,75 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,89
    +0,75 (+0,97 %)
     
  • DAX

    15 435,27
    +114,39 (+0,75 %)
     
  • FTSE 100

    7 918,41
    +53,70 (+0,68 %)
     
  • Nasdaq

    12 113,79
    +226,34 (+1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 164,00
    +52,92 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2093
    +0,0041 (+0,34 %)
     

EDF : l’État annonce avoir franchi le seuil de 90 % du capital

Il s'agit d'un cap décisif franchi par l'État dans le cadre de son offre publique d'achat (OPA), dont la date butoir avait été repoussée sine die en raison d'un recours en justice des actionnaires minoritaires (image d'illustration).  - Credit:ERIC MALOT / MAXPPP / PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/MA
Il s'agit d'un cap décisif franchi par l'État dans le cadre de son offre publique d'achat (OPA), dont la date butoir avait été repoussée sine die en raison d'un recours en justice des actionnaires minoritaires (image d'illustration). - Credit:ERIC MALOT / MAXPPP / PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/MA

L'État a annoncé vendredi, par la voix du ministère de l'Économie, avoir franchi le seuil de 90 % du capital d'EDF, étape cruciale pour la renationalisation du groupe. « L'État a franchi le 19 janvier 2023 le seuil de 90 % du capital et des droits de vote théoriques de la société EDF », indique un communiqué, relevant que l'État pourra donc dans un second temps « procéder à la mise en œuvre du retrait obligatoire » des actions EDF de la Bourse de Paris.

À LIRE AUSSIMalgré la crise sanitaire, EDF tient le choc

Sur le plan boursier, il s'agit d'un cap décisif franchi par l'État dans le cadre de son offre publique d'achat (OPA), dont la date butoir avait été repoussée sine die en raison d'un recours en justice des actionnaires minoritaires. À l'issue de l'OPA, deux conditions doivent être remplies pour permettre à l'État d'engager un retrait obligatoire des actions EDF de la Bourse, c'est-à-dire forcer les actionnaires minoritaires restants de vendre : ceux-ci ne doivent pas représenter plus de 10 % du capital et des droits de vote.

Pour autant, la renationalisation, décidée l'été dernier quand l'État détenait 84 % du capital, n'est pas encore bouclée. L'offre de rachat, ouverte le 24 novembre, devait initialement se conclure le 22 décembre. Mais l'AMF a décidé le 7 décembre de repousser sine die ce délai « dans l'attente de la décision de la cour d'appel de Paris sur la demande de sursis » déposée par un groupe d'actionnaires minoritaires mécontents du prix pro [...] Lire la suite