La bourse ferme dans 4 h 51 min
  • CAC 40

    6 527,47
    +55,12 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 755,84
    +30,45 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0188
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    1 793,20
    +2,00 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    23 639,42
    +881,94 (+3,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    560,25
    +25,02 (+4,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,96
    -1,05 (-1,18 %)
     
  • DAX

    13 659,65
    +85,72 (+0,63 %)
     
  • FTSE 100

    7 473,29
    +33,55 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,37 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    20 045,77
    -156,17 (-0,77 %)
     
  • GBP/USD

    1,2088
    +0,0018 (+0,15 %)
     

Croissance : “pour l’économie de l’Allemagne, les difficultés s’accumulent à vitesse grand V”

Dans la chronique Macro Chartmania du jour, nous nous intéressons à l’économie allemande, qui représente un tiers de l’économie de la zone euro. Les difficultés s’accumulent à vitesse grand V. L’indicateur du climat des affaires (IFO) s’est fortement contracté au mois de juillet, se repliant à 88,6 après un très bon début d’année. L’indice composite flash des directeurs d’achat (PMI) publié la semaine dernière s’est replié sous la barre des 50 pour la première fois depuis décembre dernier (ce qui indique une contraction de l’activité des entreprises). Il est très probable que le PIB allemand se sera contracté au deuxième trimestre (la première estimation sera publiée vendredi prochain). Si l’activité économique reste morose jusqu'à la fin de l’été, l’économie allemande sera probablement vouée à entrer en récession technique d'ici la fin de l’année.

Le moral des acteurs de l’économie allemande s’est effondré en juillet. Au début de l’année, les perspectives de l’économie allemande étaient plutôt réjouissantes (l’indice IFO, qui prend la température du climat des affaires, ressortait à 98,8 en février, juste avant le début de la guerre en Ukraine). Les ménages étaient peu endettés et les entreprises étaient satisfaites de la conjoncture et des prévisions. Ce n’est plus le cas. Les perspectives macroéconomiques ont radicalement changé en l’espace de quelques mois.

Les entreprises s’attendent désormais à une crise économique et à une crise énergétique longues. La dégradation du climat (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Danone rehausse son objectif de croissance pour 2022
Eurofins relève encore ses objectifs annuels, dopé par les tests Covid
CAC 40 : stabilité en vue à la Bourse de Paris, en attente des conclusions de la Fed
Pourquoi TF1 menace de ne plus racheter M6
Michelin affiche un bénéfice net en progression grâce à une hausse des prix

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles