Marchés français ouverture 6 h 21 min
  • Dow Jones

    34 092,96
    +6,92 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 816,32
    +231,77 (+2,00 %)
     
  • Nikkei 225

    27 445,04
    +98,16 (+0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1018
    +0,0024 (+0,22 %)
     
  • HANG SENG

    22 276,23
    +204,05 (+0,92 %)
     
  • BTC-EUR

    21 818,04
    +704,03 (+3,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    547,55
    +304,87 (+125,63 %)
     
  • S&P 500

    4 119,21
    +42,61 (+1,05 %)
     

Le covid peut bien se répliquer dans tout le corps

Des autopsies ont de nouveau montré que le coronavirus SARS-CoV-2 peut se répliquer dans de multiples organes, endroits et fluides du corps en cas de version sévère de la maladie. Y compris le cerveau. Mais les poumons restent les seuls organes dont les tissus sont vraiment atteints.

La pandémie liée au coronavirus SARS-CoV-2 a démarré il y a exactement trois ans. La compréhension de son fonctionnement avance peu à peu. Des autopsies récentes, dont les résultats ont été publiés en décembre 2022 dans Nature, révèlent davantage sur la propagation du virus dans le corps humain.

Ces autopsies montrent comment le coronavirus SARS-CoV-2 semble avoir une tendance à la persistance cellulaire dans diverses parties du corps. Au total, 44 autopsies ont été analysées, pendant lesquelles les scientifiques ont cherché et quantifié le niveau d’ARN messager du coronavirus dans 85 lieux et fluides du corps. Si l’on détecte de l’ARNm du virus, cela signifie que le virus s’y est répliqué durant la vie du patient — et la quantification permet d’en mesurer l’ampleur.

Sur les 85 endroits et fluides analysés, les chercheurs ont repéré de l’ARNm du coronavirus en abondance dans 79 d’entre eux. Quant au profil des patients, cela concerne les personnes âgées non vaccinées décédées d’une version sévère de la maladie Covid-19.

« Le SARS-CoV-2 est largement distribué »

Les autopsies montrent que l’infection peut devenir « systémique », c’est-à-dire se propager dans plusieurs organes.

[Lire la suite]