Publicité
La bourse ferme dans 7 h 52 min
  • CAC 40

    7 500,24
    -98,39 (-1,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 867,90
    -48,90 (-0,99 %)
     
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    -0,0019 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    2 417,20
    +9,90 (+0,41 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 911,73
    -442,09 (-0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 362,08
    -3,81 (-0,28 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,35
    +0,39 (+0,51 %)
     
  • DAX

    18 428,15
    -129,55 (-0,70 %)
     
  • FTSE 100

    8 133,56
    -33,81 (-0,41 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 289,67
    -179,69 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2889
    -0,0019 (-0,15 %)
     

Covid-19 : pourquoi les contaminations repartent-elles à la hausse ?

Illustration Capital générée à l'aide de l'IA

Vers une nouvelle épidémie à l’approche de l’été ? D’après le dernier bilan de Santé publique France, diffusé mercredi 12 juin, les consultations de SOS médecins pour suspicion de Covid-19 ont bondi de 51%, passant de 995 actes réalisés la dernière semaine de mai à plus de 1 500 entre le 3 et le 9 juin. Toutes les classes d’âge sont concernées, et plus particulièrement les plus de 75 ans. A quelques semaines des Jeux olympiques de Paris, la situation n’inquiète pas pour autant les épidémiologistes. Ces derniers s’attendaient en effet à un rebond des contaminations début juin.

«Ce qu’on a observé ces dernières années, c’est qu’on a une épidémie importante en deux vagues successives en août et septembre, suivie d’une vague pendant l’hiver puis une circulation du virus pendant l’été, explique à Capital Bruno Lina, virologue et membre du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars). Si on a lancé une campagne de vaccination en avril, c’est justement pour protéger, dès le mois de juin, les plus fragiles dont la dernière injection est trop ancienne.»

Autre élément d’explication à cette recrudescence des cas positifs au Covid-19 : la progression du sous-variant KP.2. Surnommé «FLiRT» par les médias en référence aux lettres de deux de ses mutations, cette souche devrait bientôt remplacer JN.1 selon Bruno Lina. Si Santé publique France doit actualiser dans les prochains jours les données relatives à la circulation des variants, en avril, KP.2 était détecté dans 14,5% (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Crise chez les LR : la justice annule finalement l'exclusion d'Eric Ciotti
Législatives : comment l'algorithme de TikTok séduit les extrêmes
Les mesures chocs du Nouveau Front populaire sont-elles crédibles ? L'actu éco en 120 secondes
Déserts médicaux : le Nouveau Front populaire obligera-t-il les médecins à s’y installer ?
Le programme du Front populaire, un risque de crise grecque pour la France, alertent les PME