La bourse ferme dans 2 h 35 min
  • CAC 40

    5 777,88
    -5,53 (-0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,77
    +0,17 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9682
    -0,0006 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 651,00
    -4,60 (-0,28 %)
     
  • BTC-EUR

    19 696,17
    -177,90 (-0,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    435,99
    -8,55 (-1,92 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,36
    -0,38 (-0,48 %)
     
  • DAX

    12 279,40
    -4,79 (-0,04 %)
     
  • FTSE 100

    6 962,03
    -56,57 (-0,81 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0904
    +0,0047 (+0,44 %)
     

Compléments alimentaires : prenez garde aux fausses promesses affichées sur l'emballage

digieye/Adobe Stock

Attention lorsque vous achetez des compléments alimentaires. Les promesses stipulées sur les emballages sont dans plus de la moitié des cas mensongères. C'est ce qui ressort de l'enquête de Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF), réalisée en 2020 et publiée lundi 19 septembre. Sur 75 opérateurs contrôlés, le taux d'anomalie s'élève à 60 %. Leur sont principalement reprochées des allégations nutritionnelles, thérapeutiques et de santé non autorisées.

Dans le détail, la présence d’allégations de santé non autorisées a été constatée chez 33 opérateurs. La répression des fraudes donne comme exemple les allégations suivantes : "L’ananas est un actif minceur naturel" ou "La dolomite favorise la fixation du calcium". Par ailleurs, au moins une allégation thérapeutique interdite a été repérée chez 38 opérateurs contrôlés. Parmi les allégations pointées par la DGCCRF : "Le kudzu permet de lutter contre les addictions", "L’huile de concombre traite les maladies psychiatriques". Des allégations nutritionnelles non conformes ont également été constatées avec par exemple "une teneur en vitamine trop faible pour utiliser l’allégation 'source de'".

Enfin, 30 opérateurs ont été épinglés pour "absence des mentions obligatoires prévues par le règlement n°1924/2006 et par d’autres textes réglementaires". Parmi ces oublis : l'absence de la mention sur l’importance d’une alimentation variée et équilibrée, absence de la dénomination légale, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La première mission privée sur Vénus n'aura que 5 minutes pour trouver de la vie extraterrestre
Céline Dion victime d'une arnaque "sophistiquée", elle met en garde les fans
Réforme des retraites : Bayrou alerte sur le risque d'un "passage en force"
L'emoji carotte est détourné par les anti-vaccins sur Facebook
Covid-19 : deux traitements par anticorps abandonnés sur recommandation de l'OMS