Marchés français ouverture 6 h 6 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 737,69
    -409,82 (-1,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    41 484,29
    -6 250,41 (-13,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 372,65
    -191,18 (-12,23 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

Le coût exorbitant de la sous-traitance des services publics

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Le collectif évoque une perte de « souveraineté » sur certaines actions décidées par les pouvoirs publics en raison de la sous-traitance des services.
Le collectif évoque une perte de « souveraineté » sur certaines actions décidées par les pouvoirs publics en raison de la sous-traitance des services.

La sous-traitance de l'action publique existe bel et bien et elle a un prix : salé. C'est ce qui ressort d'une étude publiée par une centaine d'agents et de cadres de la fonction publique réunis au sein du collectif Nos Services publics, et relayée, vendredi 30 avril, par Politis. Ainsi, la facture pour l'État de cette externalisation est évaluée à 160 milliards d'euros par an. Ce qui représente environ un quart du budget de l'État, soit 7 % du PIB. Cette estimation est une première évaluation dans le domaine.

Pour parvenir à ce chiffre massif, le collectif, qui souhaite lancer l'alerte sur les dysfonctionnements observés au sein des institutions publiques, a additionné toutes les formes de sous-traitance (délégation de service public, prestation de service, partenariat public-privé), aussi bien à chaque niveau des collectivités locales que de l'appareil d'État. Et ce, malgré le manque de données sur le sujet. À elles seules, les délégations de service public coûteraient donc 120 milliards d'euros, tandis que les prestations de service sont estimées à 40 milliards d'euros.

La faute à la décentralisation ?

Un coût qui, selon l'étude, a connu une forte progression à partir du milieu des années 1990. Progression qui serait due, en partie, à plusieurs réformes mettant en place des normes juridiques et budgétaires qui ont fait de la sous-traitance un instrument incontournable dans l'exercice des services publics. Cité par Politis, le collectif indique ainsi que, à [...] Lire la suite