Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    53 659,44
    +900,66 (+1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 227,71
    +29,14 (+2,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2990
    +0,0075 (+0,58 %)
     

Bourse : le CAC 40 prudent, Deutsche Bank lance un avertissement sur la France

Pixabay

La Bourse de Paris recule de 0,16% dans les premiers échanges mercredi, après deux journées qui lui ont permis de récupérer un peu des pertes de la semaine passée, et lors d'une séance sans la boussole de Wall Street, fermée. L'indice vedette CAC 40 reculait de 12,53 points à 7 616,27 points vers 09H15. Mardi, il a gagné 0,76%, sa deuxième séance de hausse consécutive. Mais l'indice vedette parisien est loin d'avoir retrouvé son niveau d'avant les élections européennes, au-dessus de 8 000 points. La journée va se dérouler en l'absence de Wall Street, fermée en raison d'un jour férié au lendemain d'une séance sans grande variation, mais où le Nasdaq et le S&P 500 ont établi une fois de plus des records.

La séance aura été marquée par le sacre de Nvidia (+3,51%), qui a dépassé Microsoft et Apple au classement mondial des sociétés pesant le plus lourd en Bourse. Les investisseurs n'ont en plus pas beaucoup d'indicateurs à analyser. Principal évènement de la journée, l'inflation britannique a ralenti à 2 % sur un an en mai, atteignant donc l'objectif de la Banque d'Angleterre. Le chiffre est conforme aux attentes des analystes. Par ailleurs, la Commission européenne doit ouvrir la voie mercredi à des procédures pour déficits publics excessifs contre une dizaine de pays de l'UE, dont la France. «L'annonce d'aujourd'hui ne sera pas une surprise si elle a lieu, mais dans le cas de la France, la procédure risque de compliquer la gouvernance au lendemain des élections», soulignent les analystes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Armando Pereira, l'homme qui a éclaboussé la réputation de Patrick Drahi, le patron de SFR
Atacadão : l’enseigne brésilienne de Carrefour débarque en France avec des prix mini
Netflix lance Netflix House, la «nouvelle génération des offres» du géant du streaming
Société générale : accord exclusif pour la vente de la néobanque Shine à Ageras
Devant Apple et Microsoft, Nvidia devient la première capitalisation boursière