Publicité
Marchés français ouverture 7 h 19 min
  • Dow Jones

    40 415,44
    +127,91 (+0,32 %)
     
  • Nasdaq

    18 007,57
    +280,63 (+1,58 %)
     
  • Nikkei 225

    39 599,00
    -464,79 (-1,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0893
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 635,88
    +218,20 (+1,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 982,12
    -447,98 (-0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 384,54
    -20,80 (-1,48 %)
     
  • S&P 500

    5 564,41
    +59,41 (+1,08 %)
     

Bernard Arnault (LVMH) fait sensation en acquérant des parts de Richemont

Bernard Arnault (LVMH) fait sensation en acquérant des parts de Richemont

C’est pourtant une petite forteresse dans le monde du luxe. Détenu par la famille Rupert, le groupe Richemont est le troisième groupe mondial de luxe au monde détenant notamment des mastodontes de l’horlogerie, de la maroquinerie ou de la joaillerie comme Cartier, Van Cleef & Arpels, Montblanc, Piaget ou Alfred Dunhill. LVMH reste le numéro un du luxe dans le monde, mais Bernard Arnault a pourtant pris une «petite» participation au capital du groupe suisse, a appris Meet & Match.

Annonce d’autant plus étonnante que son président, Johann Rupert, détient une majorité des droits de vote avec seulement 10,2% du capital. Selon nos confrères, cette structure rend Richemont «inopérable» et toute prise de contrôle hostile est quasiment inenvisageable. «Il s’agit d’une petite ligne parmi des centaines d’autres dans le portefeuille d’un fonds familial», précise une source auprès de BFM Business.

Pour l’heure, aucun montant n’a été dévoilé quant à cette opération, mais cette prise de participation a suscité autant d’interrogations que d’avis positifs puisqu’à la mi-journée, mardi 25 juin, le cours de la société a bondi de quasiment 3% à la Bourse de Zurich. De son côté, Bloomberg écrit que cette opération «peut encore soulever des questions sur ses intentions en matière d'investissement». Que signifie cette prise de participation dans le groupe Richemont ?

>> Achetez et vendez vos actions en Bourse au bon moment grâce à Momentum, la lettre d’investissement premium de Capital basée sur l’analyse (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Droits TV du foot, salaire : Vincent Labrune, patron de la LFP, sur le grill des sénateurs
Atos : le come-back de Kretinsky ne rassure ni les salariés, ni les petits actionnaires
Le logement, «un élément essentiel de notre nouvelle stratégie» (Nicolas Namias, BPCE)
CAC 40 : la Bourse de Paris en hausse, en attendant le premier tour des législatives
Partouche : les profits du géant des casinos presque divisés par trois