Publicité
Marchés français ouverture 5 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 900,02
    +253,91 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0853
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 848,88
    +239,94 (+1,29 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 047,75
    -594,94 (-0,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 490,11
    +5,92 (+0,40 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

Assurance chômage : le gouvernement fixera de nouvelles règles à partir du 1er juillet

Gabriel Attal a évoqué la possibilité que les nouvelles règles de l'indemnisation du chômage soient plus dures sur les conditions d'éligibilité (nombre de mois travaillés au cours sur les deux dernières années), sur la durée d'indemnisation et sur le montant d'allocation.  - Credit:Tom Nicholson/Shutterstock/SIPA / SIPA / Tom Nicholson//SIPA
Gabriel Attal a évoqué la possibilité que les nouvelles règles de l'indemnisation du chômage soient plus dures sur les conditions d'éligibilité (nombre de mois travaillés au cours sur les deux dernières années), sur la durée d'indemnisation et sur le montant d'allocation. - Credit:Tom Nicholson/Shutterstock/SIPA / SIPA / Tom Nicholson//SIPA

C'était attendu. Le gouvernement change son fusil d'épaule dans l'établissement des nouvelles règles d'indemnisation du chômage. L'actuelle convention de l'assurance chômage prenant fin le 30 juin, le gouvernement avait confié la mission aux partenaires sociaux d'en établir une nouvelle, sur la base des recommandations émises dans la lettre de cadrage qu'il leur avait envoyée au cours de l'été dernier.

Syndicats et organisations patronales s'étaient mis d'accord, le 10 novembre, sur un texte, présenté comme neutre pour les finances publiques. Autrement dit : les 2,3 milliards de dépenses prévues étaient contrebalancées par les 2,3 milliards de recettes en plus. Pour cocher la case de l'équilibre budgétaire, les partenaires sociaux se sont engagés à faire une économie de 440 millions d'euros sur l'indemnité des séniors. Une somme obtenue, aux dires des organisations professionnelles, par la prise en compte du décalage de l'âge de départ à la retraite dans l'indemnisation du chômage. Sauf que les modalités exactes restaient floues.

À LIRE AUSSI Pourquoi faut-il augmenter le taux d'emploi des séniors ? Pointant ce flou, le gouvernement n'avait ni rejeté ni approuvé le texte, mais avait conditionné son accord à l'issue d'un autre cycle de négociations, qui portait sur l'emploi des séniors. Pour celui-ci, le gouvernement avait envoyé une lettre d'orientation appelant à ce que soient prises des dispositions pour augmenter le taux d'emploi des séniors. Les organisa [...] Lire la suite