La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,41
    -135,09 (-2,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,60
    -78,54 (-2,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,27 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9693
    -0,0145 (-1,47 %)
     
  • Gold future

    1 651,70
    -29,40 (-1,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 540,38
    -305,06 (-1,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,61
    -9,92 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    -4,06 (-4,86 %)
     
  • DAX

    12 284,19
    -247,44 (-1,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,60
    -140,92 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,88 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 153,83
    -159,30 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    17 933,27
    -214,68 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,0857
    -0,0398 (-3,54 %)
     

1 500 cartes d’identité et passeports français sont en vente sur des forums de hackers

[Enquête Numerama] Une base de données issue d’une application de crypto est vendue par plusieurs malfaiteurs sur une plateforme fréquentée par les pirates. Les fichiers contiennent de nombreux documents d’identité provenant de citoyens français.

Au moins 1 500 photos de cartes d’identité et passeports français circulent sur divers forums en ce moment même, à la date du 12 septembre 2022. La fuite proviendrait d’AlphaEx, une application d’échanges de crypto-monnaies désormais fermée. Contacté par Numerama, le malfaiteur a fourni deux échantillons : une carte d’identité et un passeport de citoyens français.

Le pirate nous a proposé cinq dollars par document officiel. Le lot total de 1 500 fichiers est vendu pour 3 000 dollars, soit deux dollars le pack de photos. Ce dernier contient également un selfie, en plus des papiers d’identité. Pendant la création d’un compte, les applications de finance demandent souvent de capturer son visage pour le comparer aux photos sur les cartes et les passeports.

Annonce hacker
Annonce hacker

Lorsque nous avons demandé d’où provient la fuite de données, le hacker nous a répondu qu’elle appartiendrait à Skrill, une application britannique de paiement en ligne. On ne peut croire un pirate sur parole : nous avons donc échangé avec Pay Safe, la maison mère de cette société basée à Londres, pour les prévenir de ces accusations.

[Lire la suite]