Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 401,37
    -269,67 (-0,68 %)
     
  • Nasdaq

    16 932,08
    +130,54 (+0,78 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0828
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 739,72
    -2 463,73 (-3,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 474,76
    -27,91 (-1,86 %)
     
  • S&P 500

    5 318,20
    +11,19 (+0,21 %)
     

Wall Street ouvre en baisse, la consolidation continue, faute de conviction

Un opérateur du New York Stock Exchange (SPENCER PLATT)
Un opérateur du New York Stock Exchange (SPENCER PLATT)

La Bourse de New York a ouvert en baisse, mercredi, traversée par un manque de conviction dans une semaine pauvre en indicateurs macroéconomiques, propice à la consolidation.

Vers 13H55 GMT, le Dow Jones était proche de l'équilibre (-0,01%), l'indice Nasdaq reculait de 0,36% et l'indice élargi S&P 500 glissait de 0,17%.

"Le marché est en position d'attente", selon Adam Sarhan, de 50 Park Investments.

Après le sursaut de la semaine dernière, alimenté par le discours modéré de la banque centrale américaine (Fed) ainsi que le ralentissement du marché de l'emploi, Wall Street "a heurté un mur" mardi, matérialisé par un seuil technique, en l'espèce 5.200 points pour le S&P 500, selon Patrick O'Hare, de Briefing.com

PUBLICITÉ

"Cela ne signifie pas pour autant qu'il y a un emballement à la vente, plutôt que le courant acheteur s'est épuisé", a ajouté l'analyste, dans une note. Adam Sarhan rappelle ainsi que les indices majeurs restent proches des sommets historiques atteints plus tôt cette année.

"Le marché attend un nouveau catalyseur", explique-t-il. "Il pensait qu'il viendrait des résultats de sociétés, mais jusqu'ici, ils ont été ternes, en particulier pour les valeurs de croissance", qui comprennent le secteur technologique.

Mardi après Bourse et mercredi avant l'ouverture de la place new-yorkaise, une série de publications ont déçu, renforçant la circonspection générale.

Le constructeur de véhicules électriques Rivian s'enfonçait (-7,32%) après la publication d'une perte trimestrielle plus lourde qu'anticipé par les analystes, même si le chiffre d'affaires a plus progressé que prévu (+82%).

Selon le site d'information taïwanais DigiTimes, Rivian serait en discussion avec Apple en vue d'un possible partenariat.

Le concurrent de Rivian, Tesla, se repliait aussi (-2,45%), après l'annonce, mardi, d'une chute de 18% de ses ventes en Chine en avril par rapport à la même période de l'an dernier.

Autre titre en difficulté, Uber (-5,91%), qui a publié une perte plus importante que projeté par le marché, due, pour l'essentiel, à des dépréciations de participations, sans rapport avec l'activité du groupe.

La prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours est aussi apparue modérée au regard de celle des analystes.

Wall Street s'acharnait encore davantage sur la plateforme de commerce en ligne Shopify (-19,31%), dont les résultats ont pourtant été supérieurs aux attentes du consensus FactSet mais qui a publié une perte et annoncé s'attendre à une dégradation de ses marges pour le trimestre en cours.

Encore plus mal lotie, la plateforme de réservation hôtelière Tripadvisor lâchait 30,57%. Le groupe a fait état d'une perte plus importante que ne l'envisageaient les opérateurs et indiqué que le comité chargé d'identifier un possible acquéreur avait fait chou blanc.

Aucun indicateur majeur n'était au programme mercredi ou jeudi, privant de nouvelles la bourse new-yorkaise, qui n'était pas aidée, en outre, par la remontée des taux obligataires.

Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans ressortait à 4,48%, contre 4,45% la veille en clôture.

Ailleurs à la cote, le groupe de crédit à la consommation Affirm, qui permet aux consommateurs de payer leurs achats en plusieurs fois, reculait de 1,89%, malgré des comptes et des prévisions meilleurs qu'attendu.

Après sa première publication depuis son entrée en Bourse, fin mars, le réseau social Reddit se distinguait (+5,93%), le chiffre d'affaires ayant favorablement surpris, même si les pertes se sont creusées et atteignent plus du double des revenus.

Prenant le contrepied de son rival Uber, Lyft tirait son épingle du jeu (+9,56%), après avoir dépassé les attentes et annoncé des prévisions plus ambitieuses que prévu, tirées par une forte demande.

Nasdaq

tu/eb