Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 871,45
    +64,68 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    16 793,22
    -1,65 (-0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0859
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 713,23
    +2 785,04 (+4,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 527,73
    +39,18 (+2,63 %)
     
  • S&P 500

    5 312,71
    +4,58 (+0,09 %)
     

La voiture électrique est-elle un truc de riche ?

Entre ceux qui peuvent acheter une voiture électrique et les autres : le torchon brule. Ce n’est pas le discours des membres du gouvernement, affirmant que la voiture électrique est élitiste, qui va apaiser le débat. Retrouvez aujourd’hui le sujet de l’édito de la newsletter Watt Else du 28 septembre.

Si même les dirigeants politiques se mettent à dire que la voiture électrique est réservée aux élites ou aux plus riches, où va-t-on ? Le message n’est pas faux. Mais, si on veut que les Français ne rejettent pas en bloc la voiture électrique, ce n’est pas une idée de génie. À quand une voiture électrique populaire ?

Concrètement, la voiture électrique est chère à l’achat. L’entrée de gamme n’en a que le nom, puisque la voiture la moins chère (la Dacia Spring) débute aujourd’hui à 20 700 €, pour un modèle fabriqué en Chine. La majorité de l’offre des voitures électriques est concentrée sur une fourchette allant de 40 000 à 50 000 €. C’est forcément une dépense qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. À la différence de la Chine, en Europe l’offre ne correspond pas à la demande.

Des loyers pour faire passer la pilule

Pour donner l’impression que les prix ne s’envolent pas, la voiture moderne se loue. Les clients ont le choix entre deux offres : en Location avec Option d’Achat (LOA),

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Porsche Taycan Cross Turismo à plus de 100 000 € // Source : Raphaelle Baut