La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 756,23
    -257,14 (-1,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

« On vend un concept moral » : quand le féminisme devient un business sur Instagram

Les partenariats rémunérés sont-ils compatibles avec la défense de valeurs féministes ? Sur Instagram, le militantisme se heurte au capitalisme : pour beaucoup de comptes, souvent influents, l’équilibre est difficile à trouver.

« Bon. Je sais pas toi, mais Insta commence à me fatiguer. C’est plus du tout spontané, j’en ai marre des notices Ikea pour être la meilleure version de moi-même (d’ailleurs, ce genre de post me fait souvent me sentir comme une merde) (…) et surtout de l’infinité de contenu qui existe. Ca fait 4 ans que Merci Beaucul c’est la même formule et aujourd’hui, je ressens le besoin de me renouveler, d’écrire différemment (…), mais surtout de retrouver le plaisir que j’avais à poster, à créer, à tester des trucs sans crainte de me dire que ça ne va pas créer d’engagement, donc que ça va baisser mes stats, donc sponso moins bien payées. »

Ces mots, postés le 21 juin 2022 sur Instagram par Léa, créatrice du compte Merci Beaucul, révèlent déjà d’eux-mêmes certaines conséquences délétères de la professionnalisation des influenceuses engagées sur les réseaux sociaux, se revendiquant des mouvements sex-positifs et/ou body-positifs. Un enjeu qui reste, à ce jour, tabou*.

De fait, le contenu engagé sur les questions féministes, notamment relatives à l’acceptation de son corps et à la libération sexuelle, se multiplie sur le réseau social depuis quelques années. Historiquement, l’enjeu militant était central, comme nous le rappelle la journaliste économique Léa Lejeune (autrice de l’essai Féminisme-washing : quand les entreprises récupèrent la cause des femmes chez Seuil) : « Avec les réseaux sociaux,

[Lire la suite]