Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 109,75
    -561,29 (-1,41 %)
     
  • Nasdaq

    16 757,95
    -43,59 (-0,26 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0813
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 192,00
    -2 280,20 (-3,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 469,01
    -33,65 (-2,24 %)
     
  • S&P 500

    5 274,10
    -32,91 (-0,62 %)
     

Google et Microsoft assurent que les investissements massifs dans l'IA riment avec bénéfices

L'activité de cloud de Google s'est illustrée au premier trimestre avec un bénéfice opérationnel de 900 millions de dollars (DENIS CHARLET)
L'activité de cloud de Google s'est illustrée au premier trimestre avec un bénéfice opérationnel de 900 millions de dollars (DENIS CHARLET)

Google et Microsoft ont fait plaisir aux investisseurs jeudi avec des profits conséquents, supérieurs aux attentes, et surtout des perspectives optimistes sur leur capacité à générer des revenus de leurs investissements massifs dans l'intelligence artificielle (IA).

Alphabet, la maison mère de Google, a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 80 milliards de dollars au premier trimestre, dont elle a dégagé 23,7 milliards de bénéfice net (+57%).

Son cloud se porte particulièrement bien: le bénéfice opérationnel de la branche d'informatique à distance est ressorti à 900 millions - plus du triple d'il y a un an.

PUBLICITÉ

Microsoft a de son côté rapporté près de 22 milliards de dollars de profits de janvier à mars, en hausse de 20%. Sa division Intelligent Cloud (centres de données, serveurs et logiciels à distance), a vu ses revenus bondir de 26%, son rythme le plus rapide depuis deux ans.

Mais le marché guettait surtout des signes que les investissements des deux géants américains dans l'IA générative (production de textes, images et autres contenus, sur simple requête en langage courant) commencent à porter leurs fruits.

Mercredi, leur voisin et concurrent Meta (Facebook, Instagram) a déçu Wall Street, même s'il a doublé ses profits, en annonçant des dépenses plus élevées dans l'IA, qui mettront plusieurs années à se transformer en bénéfices.

"Nous avons des trajectoires claires vers la monétisation de l'IA grâce à la publicité, au cloud et aux abonnements", a assuré Sundar Pichai, patron d'Alphabet, lors d'une conférence aux analystes jeudi.

- "La monétisation suit" -

Depuis le succès fin 2022 de ChatGPT - conçu par OpenAI, allié de Microsoft - les géants des technologies déploient à très grande vitesse des outils d'IA générative, pour les particuliers et pour les entreprises.

En tête, Microsoft et Google multiplient les annonces de nouveaux modèles de langage, d'assistants d'IA toujours plus perfectionnés et de nouveaux investissements dans les puces, les serveurs ou les start-up partenaires.

"Nous avons commencé à intégrer des aperçus de réponses générées par l'IA en haut des résultats de recherche", a par exemple déclaré Sundar Pichai jeudi.

Ces aperçus - des réponses directes et rédigées aux questions des internautes - "permettent aux gens d'accéder à de nouvelles informations et de poser des questions plus complexes", a-t-il détaillé. "D'après nos tests, les personnes qui s'en servent utilisent plus notre moteur de recherche et font part d'une plus grande satisfaction".

Comme Meta et Microsoft, le dirigeant a eu de nombreuses questions d'analystes sur l'évolution des dépenses dans l'IA.

Il a indiqué que quand un nouveau produit "fonctionne bien, la monétisation suit" et promis que l'entreprise continuait "à gérer la croissance des effectifs et à renforcer les équipes sur les domaines les plus prioritaires". Alphabet a supprimé 12.000 postes début 2023, et remercié quelques centaines d'employés cette année.

- Augmentation des dépenses -

Microsoft fait de son côté face à une "demande un peu plus élevée dans l'IA que ses capacités actuelles", a noté Amy Hood, la directrice financière du groupe informatique.

Elle a reconnu que "les dépenses d'investissement allaient augmenter de façon significative", à cause des besoins en infrastructures de cloud et d'IA, mais a dit s'attendre à une amélioration de deux points des marges de la société sur son année fiscale 2024.

"La voie vers la monétisation de l'IA" pour Microsoft "est la plus claire", en comparaison avec Alphabet, Meta ou Amazon, estime Sophie Lund-Yates, d'Hargreaves Lansdown, dans une note.

"Le groupe retire déjà les dividendes de ses milliards d'investissement dans des technologies telles que ChatGPT et Dall-E qui offrent une capacité de création et une utilisation hyper-personnalisée" aux usagers des produits Microsoft, a abondé Jeremy Goldman, de Emarketer.

Dans les échanges électroniques après la clôture de la Bourse, l'action Microsoft gagnait près de 5%. Celle d'Alphabet prenait plus de 12%, encouragée par l'annonce du versement d'un dividende.

"Les choses se présentent bien pour Google", a réagi Evelyn Mitchell-Wolf, de Emarketer. "Il est évident que les percées de Google dans l'IA aident son cloud, qui est un moteur de croissance".

"Et YouTube a bénéficié des investissements dans le sport en direct, une meilleure gestion du problème de blocage des publicités et une meilleure monétisation des Shorts", les vidéos courtes et divertissantes copiées sur TikTok, a ajouté l'analyste.

Les revenus de la plateforme de vidéos ont grimpé de 20% sur un an, à plus de 8 milliards de dollars.

juj/cha