La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0797
    -0,0114 (-1,05 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 652,61
    -259,83 (-1,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Ukraine, Kosovo… À quoi joue le président serbe Aleksandar Vucic avec les Européens ?

© REUTERS/Bernadett Szabo/File Photo

Ira, ira pas ? Le président serbe nationaliste Aleksandar Vucic a laissé planer le doute sur sa participation au sommet entre l’Union européenne et six pays des Balkans occidentaux qui s’ouvrira mardi à Tirana. Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz devraient y assister pour discuter de l’élargissement de l’UE. La Serbie, le Monténégro, l’Albanie, la Macédoine du Nord, la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo souhaitent en devenir pays membres. Après avoir affirmé jeudi qu’il boycotterait le sommet, le chef de l’État serbe a promis vendredi d’y réfléchir. Samedi soir, il n’avait toujours pas donné sa réponse.

Tensions avec le Kosovo

Aleksandar Vucic, au pouvoir depuis huit ans, est furieux contre les Européens qu’il accuse d’être « anti-Serbes » pour avoir laissé le gouvernement du Kosovo nommer à la tête de son ministère des groupes ethniques, un Serbe qui n’a pas ses faveurs. Jusqu’à présent, les autorités kosovares choisissaient un proche de Belgrade pour tenter d’apaiser les tensions avec la Serbie dont elle a pris son indépendance en 2008. Indépendance reconnue par l’UE mais pas par Belgrade.

Lire aussi - Union européenne : pourquoi la question de l’élargissement aux Balkans est importante

Depuis quelques mois, les relations entre le Kosovo et la Serbie sont particulièrement tendues. « L’Union européenne n’acceptera l’intégration de ces deux pays que s’ils résolvent leur contentieux en acceptant une reconnaissance mutuelle, analyse Jacques Rupnik, directeur de ...


Lire la suite sur LeJDD