Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 633,34
    +426,19 (+0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 384,08
    +53,19 (+4,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Thales visé par la justice, soupçons de corruption pour la vente de sous-marins

Gettyimages

Vers un procès correctionnel pour une affaire refaisant surface 22 ans après ? En France le Parquet national financier (PNF) a requis le renvoi de Thales et DCNI, trois anciens dirigeants et un intermédiaire, pour des soupçons de corruption dans la vente de sous-marins à la Malaisie en 2002. Au cœur de cette enquête démarrée en 2009 par une plainte de l'association anticorruption malaisienne Suaram, des contrats conclus en marge de la vente, après plusieurs années de négociations, de deux sous-marins Scorpène et d'un sous-marin Agosta par DCNI - la branche internationale de la Direction des constructions navales (DCN) alors détenue à 100% par l'Etat -, alliée avec Thales, l'un des principaux groupes de défense dans le monde, pour près d'un milliard d’euros.

La justice française soupçonne certains de ces contrats d'avoir servi de paravent à des pots-de-vin au ministre malaisien de la Défense de l'époque, Najib Razak, pour qu'il choisisse l'offre française.L'un de ces contrats prévoyait le versement par DCNI de 30 millions d'euros pour frais d'exportation à la filiale Thales international Asia (Thint Asia). Thint Asia a versé une somme comparable à une société locale, Terasasi, pour du conseil. Pour la justice, cette société, dont l'actionnaire principal était l'influent intermédiaire Abdul Razak Baginda, un proche de Najib Razak, a servi au transit de l'argent de la corruption alléguée.

Le 3 juin, le PNF a requis un procès devant le tribunal correctionnel, a appris l'AFP jeudi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

LVMH : achat de Chez L'Ami Louis, «un restaurant hors-norme» dont Chirac était un habitué
Bourse : le CAC 40 sur la défensive, la croissance de l’économie française déçoit
Camaïeu : la marque féminine de mode iconique renaît de ses cendres… chez Celio
Euro 2024, Coupe du monde 2026 : chez M6, on prend la balle au bond
Nvidia pèse plus lourd que le CAC 40 ou la Bourse de Londres, jusqu’où ira le n°1 de l’IA ?