La bourse ferme dans 4 h 58 min
  • CAC 40

    5 987,17
    +193,02 (+3,33 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 454,15
    +111,98 (+3,35 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9905
    +0,0078 (+0,79 %)
     
  • Gold future

    1 719,00
    +17,00 (+1,00 %)
     
  • BTC-EUR

    20 163,14
    +666,25 (+3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,82
    +18,47 (+4,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,41
    +0,78 (+0,93 %)
     
  • DAX

    12 584,25
    +374,77 (+3,07 %)
     
  • FTSE 100

    7 035,16
    +126,40 (+1,83 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1366
    +0,0047 (+0,42 %)
     

Son terrain est envahi par 200 caravanes et il ne peut rien faire

Ses quatre hectares de champs servaient de pâturages à ses vaches laitières. Mais depuis le dimanche 7 août, ils accueillent désormais près de 200 caravanes, rapporte La Presse de la Manche ce mardi 9 août. Benoît Garnier, agriculteur à Digosville dans la Manche, ne sait plus quoi faire. Ce jour-là, on le prévient que des personnes sont en train de s'installer sur son terrain. Lorsqu'il arrive sur place, une centaine a déjà pris possession des lieux. Il tente d'arrêter les suivantes après avoir appelé la gendarmerie. "Je me suis mis en travers pour les arrêter. Mais on se sent vite seul face à plus de 200 caravanes. D'autant que la gendarmerie m'a assuré qu'elle ne pouvait rien faire, pas même m'aider pour qu'ils ne s'installent pas, elle a juste fait la circulation", rapporte l'éleveur à nos confrères.

Au bout d'un certain temps, ce dernier commence à discuter avec deux pasteurs qui font partie des occupants. Ces derniers expliquent avoir été obligés de se diriger vers ce terrain, n'ayant nulle part où aller. Ils lui auraient alors proposé de payer une certaine somme contre la location des lieux. "Tout seul face à eux, je me suis senti complètement dépourvu", raconte l'agriculteur au média local. "Qu'est-ce que je pouvais faire ? D'autant que si les pasteurs étaient calmes, les autres étaient plus chauds." Il signe alors un document : une décision qu'il regrette aujourd'hui, puisqu'il ne pourrait plus porter plainte, rapporte La Presse de la Manche. Il frappe alors à de nombreuses (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Faire la fête dans la rue à Barcelone pourrait bientôt vous coûter très cher
Taïwan : la Chine ne laissera "aucune marge de manœuvre" aux séparatistes
Leur vol EasyJet est annulé, cette famille reste bloquée pendant 24 heures dans un aéroport grec
La France bientôt menacée par une pénurie de viande bovine ?
Job de rêve : vous pouvez être payé pour dormir par cette entreprise américaine