La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 440,90
    +419,45 (+1,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 841,90
    +17,90 (+0,98 %)
     
  • BTC-EUR

    41 401,41
    +1 094,40 (+2,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 407,50
    +48,94 (+3,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,36
    +1,54 (+2,41 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 446,70
    +321,71 (+2,45 %)
     
  • S&P 500

    4 180,90
    +68,40 (+1,66 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4099
    +0,0048 (+0,34 %)
     

Super League : après le retrait de la majorité des clubs fondateurs, le projet est sur le point de s'écrouler

·1 min de lecture

Défections en série. Quarante-huit heures seulement après l'annonce de la création de la controversée "Super League", les défections se multiplient parmi les douze clubs fondateurs. Après le retrait successif des six clubs anglais mardi - Manchester City d'abord, puis Arsenal, Liverpool, Tottenham, Manchester United et pour finir Chelsea -, l'Inter Milan et l'Atlético Madrid viennent également d'annoncer leur départ ce mercredi. Sur les douze grands clubs européens porteurs du projet, il n'en reste plus que quatre : le FC Barcelone, le Real Madrid, la Juventus Turin et l'AC Milan. La Juve et l'AC Milan n'a pas formellement annoncé leur retrait mais ont pris acte du rejet unanime de la part des supporters.

Un projet qui "n'existe plus". Ces défections en série pourraient bien sonner le glas de ce projet controversé. Si les fondateurs de la "Super League" avaient d'abord indiqué qu'ils allaient "reconsidérer les étapes les plus appropriées pour remodeler le projet" sans les "Big six" anglais, l'avenir de la compétition privée est désormais plus qu'incertain. Andrea Agnelli, président de la Juventus Turin et parmi l'un des principaux promoteurs du projet, avec le président du Real Madrid Florentino Perez, aurait estimé mercredi que la "Super League" n'existait plus sans les clubs britanniques. Dans un communiqué publié mercredi, la Juventus Turin a reconnu que "les chances que le projet soit achevé sous la forme initialement conçues sont limitées".

Lire aussi - La très chère as...


Lire la suite sur LeJDD