Marchés français ouverture 8 h 13 min
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,68 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1293
    +0,0081 (+0,72 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,68 (-2,67 %)
     
  • BTC-EUR

    50 642,16
    +1 958,45 (+4,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,81 (-6,17 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     

"Star Academy" a 20 ans: où sont passés les chanteurs révélés par les télé-crochets?

·8 min de lecture

La "Star Academy" faisait officiellement ses débuts le 20 octobre 2001 sur TF1. Si de nombreux candidats se sont fait un nom dans les télé-crochets diffusés depuis, que sont devenus les autres? Le HuffPost s'est penché sur la question.

TÉLÉ-CROCHET - C’était il y a 20 ans. Le 20 octobre 2001, TF1 diffusait le tout premier prime de la saison 1 de son télé-crochet musical culte, la Star Academy. Si l’émission n’est pas la première du genre en France (devancée de quelques semaines par Popstars), elle a néanmoins durablement marqué son époque par son format (mélangeant télé-réalité et concours de musique), mais aussi par ses candidats. Le regretté Grégory Lemarchal, Nolwenn Leroy, Jenifer, Emma Daumas, Élodie Frégé ou encore Olivia Ruiz, la liste est longue.

C’est simple, la Star Ac a complètement bouleversé le paysage télévisuel français. Son impact se ressent encore aujourd’hui, même treize ans après la fin du programme, puisque les télé-crochets (notamment incarnés par la Nouvelle Star et The Voice) sont devenus monnaie courante à la télévision. Là aussi, certains artistes, comme Julien Doré, Louane, Kendji Girac, Amel Bent, Amir ou encore Slimane, se sont fait un nom grâce à ses émissions. 

Mais pour cet anniversaire spécial, Le HuffPost s’est aussi intéressé aux “autres” candidats, ceux dont on parle moins une fois les caméras éteintes. Rien que dans l’histoire de la Star Academy ce sont près de 150 candidats qui ont participé aux différentes saisons. Ajoutez à cela les participants des 10 saisons de The Voice, des 13 saisons de Nouvelle Star et des 5 de Popstars: à la louche, plus de 600 aspirants artistes sont passés par ces programmes depuis 2001.

Que sont-ils devenus? La recherche de témoignages a été difficile, nombre d’entre eux ne répondant pas à nos sollicitations. L’après de ces émissions est en effet un sujet sensible pour certains, même deux décennies plus tard. Nous avons néanmoins pu nous entretenir avec deux anciennes participantes de la Star Academy, Tina Tictone (saison 4) et Joanna Lagrave (saison 8). Les deux trentenaires ne sont qu’en partie ou plus dans la musique.

“Quand je suis sortie de la ‘Star Ac’, je voulais jouer mes propres chansons”

Pleinement épanouies, les ex-candidates se sont longuement confiées sur leur parcours post-Star Ac. “Il s’est passé un milliard de choses depuis la fin de ma saison, ça fait 16 ans”, explique la première, avouant en toute honnêteté que ces années lui permettaient d’avoir le recul nécessaire pour aborder le sujet. “Quand je suis sortie de l’émission, je n’avais qu’une envie, c’était de jouer mes propres chansons. J’étais très entêtée voire trop”. Et d’ajouter: “Je les avais avec moi avant de rentrer dans le programme, et évidemment si j’ai fait la Star Ac, c’était pour sortir mon disque”. 

À l’époque, la jeune femme se retrouve néanmoins confrontée à une autre réalité. “On se rend vite compte qu’ils veulent placer des chansons, plus que d’avoir des auteurs-interprètes”. Un constat partagé par Joanna Lagrave, demi-finaliste de sa saison en 2008: “Après l’émission, j’ai travaillé sur un premier album, mais le projet a été avorté. J’étais jeune, je voulais faire ma musique, mais j’étais entourée de personnes qui ne m’écoutaient pas trop”. 

Cette dernière, qui confie avoir “tout envoyé bouler” à l’époque, ne s’est pas découragée pour autant, prenant notamment part au spectacle musical Il était une fois Joe Dassin en 2010. Elle en garde d’ailleurs en très bon souvenir: “C’était une nouvelle expérience de groupe après la Star Ac, j’étais entourée de neuf collègues géniaux”. Toute proche ensuite de représenter la France à L’Eurovision en 2014 (elle était dans le trio finaliste), les maisons de disque lui ont préféré Twin Twin (qui finira dernier). “Je préparais deux singles qui m’appartenaient totalement et on m’a demandé d’aller chanter de la variété française”, regrette-t-elle. 

Même issue sur The Voice, où elle n’est finalement pas passée devant le jury lors des auditions à l’aveugle. ”Émotionnellement, je n’avais plus de jus. J’avais dépensé beaucoup d’énergie là-dedans”, livre-t-elle. Et de développer: “On me proposait des choses qui ne me correspondaient pas or je voulais rester fidèle à ce qui me rendait heureuse”. “Fatiguée”, la jeune femme a donc décidé de faire une pause avant de se découvrir une passion pour la peinture, qu’elle pratiquait depuis 2011. “Je ne l’avais jamais vu comme un potentiel métier”, révèle-t-elle. “C’est à ce moment-là que j’ai totalement pu être en contrôle sur ce que je créais”. Cette dernière a d’ailleurs aussi lancé une chaîne YouTube.

Un formatage des candidats?

Un parcours qui fait écho à celui de Tina Tictone. “J’avais vraiment envie de défendre mes chansons et d’aller sur scène. Quelques mois après la Star Ac, j’ai monté une tournée”, raconte-t-elle. “C’était une idée un peu folle, mais je ne m’en rendais pas compte, car je ne savais pas ce quelle était mon image auprès des gens”. La chanteuse a ensuite pu faire plusieurs dates dans certaines salles très connues comme la Cigale, explorant notamment un style très underground, “loin de celui du grand public” selon ses dires.

“J’ai ensuite eu un électrochoc. Je me suis rendu compte que je ne faisais que de la musique depuis mes 17 ans”, explique-t-elle. Désirant explorer autre chose, Tina Tictone, également passionnée de peinture, a donc décidé de tout arrêter pour faire des études d’art appliqué et d’art graphique. Directrice artistique en free-lance pendant 5 ans, l’ex-candidate de la Star Ac 4 est ensuite devenue peintre muraliste. Face à l’insistance de son ancienne équipe, cette dernière a aussi repris sa carrière de chanteuse, se produisant notamment au Solidays en 2019 et préparant notamment un projet pour janvier 2022.

Un changement de carrière pour l’une, un double métier pour l’autre, ces deux situations sont pourtant loin d’être isolées. Exemple marquant: Magalie Vaé, gagnante de la Star Academy en 2005, s’est aujourd’hui reconvertie dans la comédie et dans l’événementiel. “Je fais mes propres choix et je suis surtout mes propres envies! Personne ne me dicte quoi que ce soit et je pense que c’est ça être artiste”, avait-elle notamment déclaré en mars 2021 dans l’émission 50′ inside sur TF1. 

Contacté par Le HuffPost à propos de ce phénomène, Bertrand Hellio, auteur du livre Devenir professionnel de la musique confirme: “Il y a des tentatives systématiques de formatage. Ces émissions ne peuvent pas correspondre à tout type d’artiste. Elles sont destinées à un très grand public donc forcément les chanteurs avec un style ‘de niche’ sont désavantagés”.

Une concurrence toujours plus importante

Il ajoute: “Il y a de plus en plus de personnes en France qui souhaitent se lancer et vivre de la musique. Quand on compare avec les années 80, il me semble qu’il y en a quatre fois plus”. Mais qui dit plus de personnes dit forcément plus de concurrence, l’auteur est d’ailleurs limpide à ce sujet: “Il y a quatre fois plus de personnes, mais pas quatre fois plus de places”. 

Mais alors, comment les maisons de disques ont-elles géré cette affluence de néo-chanteurs prêts à faire carrière? Celles que nous avons contactées n’ont pas donné suite. D’après Bertrand Hellio, l’arrivée des télé-crochets leur a permis de “limiter les risques” en signant certains talents qui en étaient issus. “Ils peuvent déjà se baser sur une adhésion du public, en faisant une présélection. Ils ont déjà une idée sur la personne qui serait potentiellement la plus porteuse”.

Celui qui enseigne notamment au Celsa va même plus loin: “Leur stratégie est court-termiste, c’est un coup marketing pur et dur. Les télé-crochets étant très récurrents, je ne pense pas qu’ils aient en tête de les faire durer, à de rares exceptions près”. L’écrivain le reconnaît néanmoins, il est plus facile de percer aujourd’hui: “Participer à ces émissions permet aux candidats de bénéficier d’une médiatisation qui est habituellement extrêmement difficile à avoir”. 

Toujours est-il que malgré un parcours parfois semé d’embûches, Tina Tictone et Joanna Lagrave gardent toutes les deux un excellent souvenir de leur passage à la Star Academy. La seconde a d’ailleurs pu retrouver ses anciens camarades le temps du prime spécial anniversaire, qui sera diffusé le 30 octobre prochain sur TF1. “C’était très intense. Je ne m’attendais pas à être autant émue en revenant sur un plateau de télévision”, nous confie-t-elle.

À voir également sur Le HuffPost: À quoi ressemblait la télé en 2001 au lancement de “Loft Story”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - FEMME ACTUELLE - Nolwenn Leroy prête à devenir coach dans The Voice ? Elle répond :

undefined

undefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles